•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lock-out à Bathurst : négociations sur fond de méfiance et d’espoir

Une vingtaine d'employés municipaux de Bathurst sont en lock-out depuis plus de deux semaines.

Des syndiqués portent une grande bannière dénonçant le lock-out.

Une importante manifestation a lieu à Bathurst, lundi midi, en marge de la reprise des négociations entre la Municipalité et ses employés en lock-out.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

Radio-Canada

Les représentants des travailleurs syndiqués en lock-out et de la Ville de Bathurst ont repris les négociations lundi après-midi.

La dernière entente collective entre les deux parties est échue depuis le 31 décembre 2016. La Ville de Bathurst a imposé un lock-out à une vingtaine d’employés administratifs le 25 juillet, après 20 mois de négociations.

Environ 200 personnes ont manifesté au centre-ville, vers midi, pour appuyer les travailleurs en lock-out. Les manifestants ont défilé de la promenade Waterfront jusqu’à l’hôtel de ville. Le tout a duré près d'une demi-heure.

Les nouvelles négociations ont eu lieu lundi, 14 h avec un médiateur nommé par le gouvernement du Nouveau-Brunswick.

Le Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente les travailleurs en lock-out, aurait préféré que ces derniers soient d’abord rappelés au travail.

La rencontre s'est terminée vers l'heure du souper et devrait recommencer demain matin. Le tête-à-tête aura duré près de trois heures.

Le président de la Section locale 1282, Guy DeSilva, s'est dit beaucoup plus confiant après la rencontre de ce soir.Il croit que les « canaux de communication  » entre les deux camps ont été rétablis.

Le syndicat est confiant, mais reste toutefois sur ses gardes.

La question des salaires n'a toutefois pas été abordée et comme l'a rappelé M. DeSylvas, cette question est au coeur même du conflit. Cette problématique sera discutée durant les prochains jours.

La foule brandit des drapeaux syndicaux.

Environ 200 manifestants ont marché de la promenade Waterfront jusqu’à l’hôtel de ville.

Photo : Radio-Canada / Alix Villeneuve

On espère qu’il y ait de la bonne foi et qu’il y ait vraiment une ouverture de mettre fin au lock-out et de négocier un accord convenable.

Simon Ouellette, responsable des communications au SCFP du Nouveau-Brunswick

Les syndiqués espèrent notamment une offre d’augmentation salariale supérieure à la hausse du coût de la vie.

La Municipalité dit pour sa part être optimiste quant au déroulement de discussions productives entre les deux groupes. Elle souhaite une entente et un retour au travail le plus tôt possible.

Avec des renseignements de Margaud Castadère et d'Alix Villeneuve

Nouveau-Brunswick

Politique municipale