•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Voir l'avenir en grand après 17 ans de Festival international des rythmes du monde

Des techniciens démontent des scènes.

Dimanche, l'opération du démontage battait son plein.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Alors que le plus récent Festival international des rythmes du monde de Saguenay (FIRM) vient à peine de prendre fin, son directeur général parle déjà d'avenir.

Robert Hakim a soutenu qu’il aimerait voir le FIRM continuer de se développer dans le but de pouvoir y attirer de très grosses pointures.

M. Hakim souhaiterait tout particulièrement parvenir à y accueillir un guitariste qui n’a plus besoin de présentation depuis belle lurette.

Je radote depuis des années. Je voudrais avoir [Carlos] Santana, a-t-il lancé sans ambages.

Il s’est empressé de préciser que ce projet est loin d’être une vulgaire chimère.

Ce n’est pas impossible, a-t-il assuré, d’un ton confiant.

Le problème, ce n’est pas d’avoir l’artiste. C’est de disposer de l’endroit adéquat pour le recevoir, a-t-il indiqué.

Robert Hakim a mentionné que dans l’état actuel des choses, la zone portuaire de Chicoutimi a une capacité maximale de 10 000 personnes.

Or, à son avis, ce n’est pas suffisant pour recevoir un artiste de cette trempe.

M. Hakim se promet donc de trouver une solution pour faire évoluer la situation.

Saguenay–Lac-St-Jean

Musique