•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les herbes aquatiques envahissantes entravent la navigation au lac Osisko

Deux mains tiennent une plantes au-dessus d'un plan d'eau.

La seule façon de prévenir la prolifération de ces espèces est le lavage des embarcations nautiques, selon le CREAT.

Photo : Radio-Canada / Alexia Martel-Desjardins

Alexia Martel-Desjardins

Il ne sera plus possible de louer des embarcations au lac Osisko à cause de la forte prolifération d'espèces aquatiques envahissantes.

L'organisme Vélo Cité a annoncé dimanche qu'il devra cesser de louer ses embarcations pour des raisons de sécurité. La forte présence d'herbes aquatiques rend de plus en plus difficile le dépannage avec les embarcations de secours en cas de besoin.

Le président de Vélo Cité Rouyn-Noranda, Michel Lessard, explique que l'agglomération des espèces aquatiques envahissantes nuit à la navigation. Il regrette que les herbes aquatiques empêchent l'organisme d'assurer la sécurité des plaisanciers.

C'est certain que les gens vont être déçus, mais on n'y peut rien. Pour nous, ce qui est prioritaire évidemment, c'est leur sécurité, commente-t-il.

Michel Lessard estime que les instances gouvernementales devraient mettre en place des mesures pour gérer ce problème.

Je pense que ce serait plate, vraiment désolant, de ne plus pouvoir profiter de nos lacs ici, en ville.

Michel Lessard, président de Vélo Cité

Il faudrait commencer à parler de solutions pour restreindre le développement de ces herbes envahissantes-là, par exemple d'interventions avec la ville ou peut-être avec des ministères, dit-il.

Le myriophylle à épis, une espèce aquatique envahissante, se trouve dans le lac Osisko ainsi que dans huit autres lacs du secteur de Rouyn-Noranda depuis des dizaines d'années.

Michel Lessard souligne toutefois que le prêt de vélos demeure offert par Vélo Cité.

Abitibi–Témiscamingue

Protection des écosystèmes