•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Sommet des femmes s’ouvre au Congrès mondial acadien

Plusieurs intervenantes saluent le nombre particulièrement élevé de jeunes femmes qui y prennent part.

Sur le thème « L'Acadie (re)pensée », le Sommet des femmes s'est ouvert dimanche au Congrès mondial acadien, à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Radio-Canada

En cette deuxième journée du Congrès mondial acadien 2019, à l'Île-du-Prince-Édouard, le Sommet des femmes s'est ouvert à Mill River en présence de 150 participantes venues d'un peu partout en Acadie.

Sur le thème « L'Acadie (re)pensée », ce sont deux jours de discussion et de réflexion sur le féminisme et l'égalité des genres en Acadie qui sont au programme. Trois grandes entrevues avec des Acadiennes au parcours hors de l'ordinaire et inspirant font également partie du programme du Sommet.

L'événement a la particularité de se dérouler sous le signe de la rencontre entre les générations. Un nombre particulièrement élevé de jeunes femmes y participe à différents titres, ce qui est salué par de nombreuses intervenantes.

Lyne Chantal Boudreau au Congrès mondial acadien le 11 août 2019.

Lyne Chantal Boudreau, présidente du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick

Photo : Radio-Canada / Peter Dawson

Pour Lyne Chantal Boudreau, présidente du Regroupement féministe du Nouveau-Brunswick, il est important de s’enrichir de l’expérience des jeunes dans la société actuelle.

On veut vraiment s'ancrer dans une Acadie moderne, dit-elle. Une Acadie moderne et diversifiée. D'où l'importance pour nous d'accueillir des jeunes, de faire partie des tables de discussion, d'être là lors des panels, la table ronde, les grandes entrevues.

La présidente de la FJCF, Sue Duguay.

Sue Duguay, présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF)

Photo : Radio-Canada

Pour Sue Duguay, présidente de la Fédération de la jeunesse canadienne-française (FJCF), les jeunes représentent bien plus que l’avenir : ils constituent le présent.

On travaille beaucoup sur le concept des jeunes qui ne sont pas leaders de demain, mais qui sont leaders d'aujourd'hui. Ils font partie d'une société, et ils sont actifs au sein d'une société.

Sue Duguay, Fédération de la jeunesse canadienne-française

Dans des événements comme ça, de voir des gens de tous âges être impliqués, je pense que ça reflète mieux ce qu'est la société, dit Mme Duguay.

Karolyn Aucoin, l’une des panélistes, s’émerveillait de ce qu’elle voyait dimanche. On entend toujours : "Y a pas de relève, y a pas de relève”, relate l’Acadienne du Cap-Breton. Mais quand on regarde autour, c'est pas mal clair qu'il y a de la relève! Il y a plein de jeunes femmes qui sont prêtes à prendre le bâton pour continuer le travail. C'est beau de rencontrer toutes sortes de monde de partout dans l'Acadie.

La sixième édition du Congrès mondial acadien, un grand rassemblement présenté tous les cinq ans, a débuté samedi. Les festivités se tiennent jusqu’au 24 août et se déplaceront de l’Île-du-Prince-Édouard vers le sud-est du Nouveau-Brunswick le 15 août.

D’après le reportage de Fannie Bussières McNicoll

Île-du-Prince-Édouard

Égalité des sexes