•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Du cœur de loup-marin au menu pour l'automne aux Îles-de-la-Madeleine?

Six cœurs de phoque gris, cuisson saignante.

Des cœurs de loup-marin dans une poêle avec de la salicorne et de la sabline

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Philippe Grenier

L'industrie du loup-marin aux Îles-de-la-Madeleine souhaite commercialiser le cœur et les reins du phoque gris pour la consommation.

Des échantillons de cœur et de rein de phoque gris ont été envoyés au ministère de l'Agriculture, des Pêcheries et de l'Alimentation du Québec (MAPAQ) pour être analysés.

Romy Vaugeois et Réjean Vigneau.

Romy Vaugeois est directrice au développement des affaires pour SeaDNA et Réjean Vigneau est propriétaire de la boucherie Côte-à-côte, à Cap-aux-Meules.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Dans l'idée d'avoir une utilisation globale de l'animal, du museau à la queue, chaque année on essaie de commercialiser, avec la contribution du MAPAQ, différentes parties de l'animal, lance Réjean Vigneau, propriétaire de la boucherie Côte-à-côte.

Depuis quatre ans, le foie de loup-marin est vendu sur le marché et des retailles de loup-marin avec du gras, non comestibles pour les humains, sont maintenant utilisées pour faire des gâteries pour les animaux.

Paquet de mousse de foie de loup-marin au poivre.

La boucherie Côte-à-côte offre plusieurs produits à partir du foie de loup-marin.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Avec les nouvelles parties qui sont les côtes, le foie, le cœur, les reins, le gras, ça fait que c'est pas long et on va commercialiser quasiment 75 à 80 % de l'animal, avance Réjean Vigneau.

Coeurs de loup-marin coupés par un couteau sur une planche à découper.

Le chef Benoit Lenglet coupe des cœurs de loup-marin.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Mais le Madelinot voit plus loin : Avec les viscères, on parle de plus en plus de faire un appât attractif alternatif pour le homard, le crabe, aux Îles.

Dans un futur pas trop lointain, si tout va bien, on pourrait friser le 100 %.

Réjean Vigneau, propriétaire de la boucherie Côte-à-côte

Pour Romy Vaugeois, directrice au développement des affaires pour SeaDNA, le coeur et les reins sont de plus en plus demandés par les restaurateurs.

Plat de coeurs de phoque gris avec de la salicorne, de la sabline et du persil de mer.

Plat de cœurs de loup-marin du chef Benoit Lenglet avec de la salicorne, de la sabline et du persil de mer.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Les chefs, ça les intéresse beaucoup, c'est un goût différent, un goût de gibier. Et les organes, c'est encore plus exotique, donc là on va avoir le cœur, les reins, on a déjà le foie, donc c'est super intéressant pour offrir des plats totalement canadiens aux gens ici.

Le phoque, c'est une des seules viandes sauvages qu'on peut servir partout à travers le Canada.

Romy Vaugeois, directrice au développement des affaires pour SeaDNA
Benoit Lenglet.

Le chef Benoit Lenglet est enseignant à l'Institut de tourisme et d'hôtellerie du Québec.

Photo : Radio-Canada / Philippe Grenier

Pour Réjean Vigneau, les barrières de la cuisine sont inexistantes avec les nouveaux chefs, ça va aller du cœur farci, à l'entrée au cœur avec des accompagnements incroyables, on peut dire sky is the limit.

Les entrepreneurs espèrent recevoir l'approbation du MAPAQ pour l'automne.

Gaspésie et Îles-de-la-Madeleine

Alimentation