•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Femme brûlée vive à Québec : les policiers escortent le suspect munis d'un extincteur

Le suspect, Frej Haj Messaoud, escorté par deux policiers vers un fourgon

Frej Haj Messaoud, 39 ans, a comparu par voie téléphonique le 11 août 2019 pour tentative de meurtre et voies de fait graves.

Photo : Radio-Canada

David Rémillard

L'utilisation d'un extincteur par des constables de la police de Québec pour escorter Frej Haj Messaoud, soupçonné d'avoir immolé son ex-conjointe vendredi soir dans la capitale, soulève des questions. Assez pour que la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec tienne à « rectifier les faits ».

Messaoud, 39 ans, a comparu par voie téléphonique depuis la centrale de police Victoria, dimanche matin, pour tentative de meurtre et voies de fait graves.

Au moment d'être escorté jusqu'au fourgon cellulaire qui l'a conduit du poste de police vers un centre de détention, les médias ont pu capter des images du suspect, entouré de deux policiers qui l'accompagnaient pour son transfert.

Lors de cette courte marche vers le véhicule, l'un des agents tenait un extincteur dans ses bras, alors que son collègue a esquissé un sourire.

Déplorant une interprétation erronée de ces images par certains commentateurs sur la place publique, certains parlant d'un geste de mauvais goût, la Fraternité des policiers et des policières de la Ville de Québec a réagi dimanche soir par voie de communiqué. La Fraternité [...] tient à rétablir les faits, a-t-on dit d'entrée de jeu.

Individus « non identifiés »

D'après le syndicat des policiers, qui dit avoir parlé aux policiers concernés, les agents ont pris la décision de trimbaler l'extincteur par mesure de sécurité.

Lors du transfert de l'accusé, les policiers à la détention ont remarqué des gens à l'extérieur des grilles [qu'ils n'ont pu] identifier, explique-t-on. L'endroit sert généralement aux différents médias de Québec pour photographier les suspects.

La Fraternité soutient à ce sujet que, puisqu'il est rare que des comparutions aient lieu le week-end, les journalistes ne se déplacent habituellement pas pour capter des images.

Ne pouvant ignorer la possibilité que des gens se soient rassemblés pour faire subir à l'accusé le même sort qui a été réservé à son ex-conjointe, les policiers à la détention ont demandé aux policiers d'apporter un extincteur.

Extrait du communiqué de la Fraternité des policiers et policières de la Ville de Québec

Invité à préciser certains éléments, à savoir notamment si les agents étaient allés à la rencontre du groupe de personnes près du grillage, le syndicat s'est refusé à tout autre commentaire.

De son côté, le Service de police de la Ville de Québec a refusé de se prononcer, préférant d'abord faire des vérifications à l'interne.

Retour en cour lundi

Messaoud devrait revenir devant le tribunal au palais de justice de Québec dès lundi. Il devrait alors être formellement accusé d'avoir tenté d'assassiner son ex-conjointe, qui se trouvait toujours dans un état critique, 48 heures après le drame.

Frej Haj Messaoud a été arrêté samedi matin à Drummondville. Il était recherché depuis vendredi soir pour avoir présumément brûlé la femme de 27 ans avant de prendre la fuite dans une voiture de taxi qui ne lui appartenait pas.

Les deux jeunes enfants de la victime ainsi que sa mère ont assisté à cette agression.

Avec la collaboration de Jean-François Coulombe

Québec

Crimes et délits