•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rupture du câble du téléphérique à Squamish : un crime selon la GRC

Une cabine lourdement endomagée sur le sol d'une forêt.

La plupart des 30 cabines du téléphérique sont maintenant sur le sol.

Photo : Radio-Canada / Deborah Goble

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada croit que quelqu’un a délibérément coupé le câble du téléphérique Sea to Sky de Squamish, entraînant la chute au sol de la plupart des 30 cabines tôt samedi matin.

L’installation, en activité depuis 2014, est une attraction touristique importante dans la région, mais sa construction s’est faite dans la polémique, en raison d’une forte opposition de la part d’environnementalistes.

Nous jugeons que ce qui est arrivé est un acte de vandalisme délibéré. Le câble a été coupé, a indiqué l'inspectrice de la GRC de Squamish, Kara Triance.

Le téléphérique n'était pas en activité au moment de l'incident et personne n'a été blessé.

Heureusement qu'il n'y avait personne à bord. Le résultat aurait été catastrophique.

Kara Triance, GRC de Squamish
Une cabine d'un téléphérique repose sur le sol.

La Gendarmerie royale du Canada considère que la rupture du câble du téléphérique Sea to Sky est un acte de vandalisme.

Photo : GRC de Squamish

Témoins recherchés

BC Park a fermé trois sentiers qui se trouvent en dessous du téléphérique et où des cabines sont tombées. Il s’agit des sentiers Sea to Summit, Shannon Falls Connector et Upper Shannon Falls.

La GRC se demande si ces sentiers auraient pu être empruntés par la personne responsable de cet acte de vandalisme pour accéder à l'une des échelles qui se trouvent sur les pylônes et qui servent à faire l'entretien et les inspections hebdomadaires du téléphérique.

Nous savons que des randonneurs se sont rendus au sommet de la montagne ce matin. Nous demandons à ces gens de nous contacter, car ils pourraient avoir été témoins de quelque chose, a dit Kara Triance en confirmant que le secteur est présentement considéré comme une scène de crime.

La GRC signale qu'elle enquête avec l'aide de WorkSafeBC et Technical Safety BC. L'entreprise propriétaire du téléphérique mènera également son enquête et elle sera aidée de l'entreprise qui a fabriqué le câble.

Quant aux dommages, la GRC les évalue à plus d'un million de dollars, sans compter la perte de revenus importante causée par la fermeture prolongée du téléphérique.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !