•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'orignal de la réconciliation à Val-d'Or?

Des policiers du Poste de police communautaire mixte autochtone (PPCMA) de Val-d'Or participent à la confection de l'oeuvre collective au parc Bérard.

Des policiers du Poste de police communautaire mixte autochtone (PPCMA) de Val-d'Or participent à la confection de l'oeuvre collective au parc Bérard.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Émélie Rivard-Boudreau

Une oeuvre d'art en forme d'orignal saura-t-elle rapprocher les Autochtones et les Allochtones à Val-d'Or? C'est du moins le pari que se sont fait les trois artistes Claudette Happyjack, Jason Kakekayash et Andréane Boulanger.

Les trois artistes ont invité les Valdoriens samedi à peindre un morceau d'une grande oeuvre collective en forme d'orignal au parc Bérard, à côté du bureau de poste.

Une trentaine de personnes ont pris un pinceau dans la matinée dans le cadre du projet.

Andréane Boulanger, artiste visuelle

Andréane Boulanger, artiste visuelle

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

L'orignal est un symbole rassembleur, croit Andréane Boulanger. Il y a beaucoup de monde qui [est] chasseur, mais c'est aussi un symbole autochtone fort. C'est un symbole qui est intéressant au niveau de la rencontre, estime-t-elle.

D'ailleurs, l'initiative aurait déjà permis de faire des pas avec des Autochtones qui sont des usagers réguliers du parc.Il y en a qui sont Cris, d'autres sont Anishnabes, moi je suis une Blanche, il y en a qui sont Métis... on a beaucoup parlé de ça au début. On a fait la rencontre des panaches, comme des orignaux! Après ça, une fois qu'on savait on était qui, ça a bien été. On a fait de la peinture ensemble, raconte Andréane Boulanger.

L'artiste Jason Kakekayash

L'artiste Jason Kakekayash

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Des policiers du Poste de police communautaire mixte autochtone (PPCMA) de Val-d'Or ont aussi participé à l'activité.

L'artiste Jason Kakekayash espère que la démarche améliorera l'ambiance dans le parc. Actuellement, ce parc n'est pas très accueillant pour les gens. Beaucoup de personnes viennent pour boire et il y a toujours de la boisson. [Il y a] beaucoup d'Autochtones et ce n'est pas bon pour eux. Mais c'est important de dire que tous les Autochtones ne sont pas pareils non plus, vous savez?, exprime-t-il en mélangeant anglais et français.

Plusieurs enfants sont aussi venus avec leurs parents.

Je trouve ça intéressant qu'il y ait quelque chose de constructif à faire avec la population qui utilise le parc et les gens qui veulent lui apporter une note de changement et d'accueil et que ça corresponde aussi aux deux milieux qui se rencontrent, a témoigné à son tour l'une des citoyennes participantes, Geneviève Binette.

L'oeuvre, qui prendra la forme d'un immense casse-tête en trois dimensions, devrait être assemblée dans les prochains jours.

Oeuvre collective en devenir, en forme d'orignal.

Oeuvre collective en devenir, en forme d'orignal.

Photo : Radio-Canada / Émélie Rivard-Boudreau

Abitibi–Témiscamingue

Engagement communautaire