•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une plage plus accessible aux personnes à mobilité réduite en Ontario

Une mère qui prend en photo son enfant assis sur une marchette à la plage.

Le nouveau tapis qui longe la plage Marathon de North Bay mesure plus de 40 mètres.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Bienvenu Senga

Les personnes à mobilité réduite peuvent désormais se déplacer plus facilement à la plage Marathon de North Bay, en bordure du lac Nipissing, dans le Nord-Est de l'Ontario. Un tapis de plus de 40 mètres qui mène directement au bord de l’eau a été officiellement dévoilé samedi matin.

Le tapis surnommé Wheels to Water (les roues qui mènent vers l’eau) a été dédié à Adam Miller, un ancien membre du comité consultatif en matière d’accessibilité de la Ville de North Bay. 

Il y a cinq ans, l’ancien résident de North Bay atteint de spina-bifida, une malformation congénitale de la colonne vertébrale, s’est rendu compte de ses difficultés à se déplacer à la plage. Il s’est décidé à convaincre la Ville de North Bay, par l’entremise du comité d’accessibilité, d’y installer un tapis. L’idée avait toutefois été lancée longtemps auparavant par une autre résidente, qui avait vu ce genre d’infrastructure aux États-Unis.

Un homme qui touche une plaque

Le père de Adam Miller, Wayne, estime que son fils aurait été « très fier » de voir se concrétiser le projet pour lequel il s'était longtemps battu.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Décédé en 2016 à 36 ans, Adam Miller n’aura toutefois pas vécu assez longtemps pour voir le fruit de son travail.

Très ému, son père a indiqué lors de la cérémonie que son fils serait très fier et reconnaissant.

Les mots nous manquent pour exprimer la manière dont on se sent. [Adam] a reçu beaucoup de soutien, les gens l’ont beaucoup soutenu.

Wayne Miller, père d’Adam Miller

Le président du comité consultatif en matière d’accessibilité, Brian Bibeault, qui est lui-même malvoyant, espère exploiter au maximum le tapis lors de ses visites à la plage et se promener tout seul sans guide.

[Le tapis] me dirige. Avec ma canne, je peux taper dessus et savoir si je m’en vais vers l’eau ou si je m’éloigne de l’eau, affirme-t-il.

Il explique qu’auparavant, il pouvait changer de direction sans le savoir surtout lorsque le vent ne souffle pas assez fort pour provoquer un mouvement audible des vagues.

Un homme malvoyant qui tient une canne dans ses mainsAgrandir l’image (Nouvelle fenêtre)

Brian Bibeault est président du comité consultatif en matière d'accessibilité de la Ville de North Bay.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Brian Bibeault espère que le tapis permettra à davantage de personnes et entreprises, au sein de la municipalité, de s’assurer que leurs édifices soient facilement accessibles.

Quand on pense à [construire] des infrastructures dans la ville de North Bay, on a besoin d’inclure tout le monde.

Brian Bibeault, président du comité consultatif en matière d’accessibilité de North Bay

La plage Marathon devient ainsi la toute première à se doter d’un tel tapis dans le Nord-Est de l'Ontario.

Les autres plages ontariennes dotées de tapis d'accessibilité :

  • Parc provincial Bonnechere
  • Parc provincial Long Point
  • Parc provincial Quetico
  • Parc provincial Sandbanks
  • Parc provincial Wasaga

Source : Parcs Ontario

Une grande nécessité

L’achat et l’installation du tapis ont été entièrement financés par la Ville de North Bay, qui a déboursé 10 000 $ à cet effet.

La conseillère municipale et présidente du comité des services communautaires, Johanne Brousseau, indique qu'elle et ses collègues avaient reçu plusieurs commentaires de résidents à mobilité réduite qui déplorent l’inaccessibilité des plages locales.

Et elle affirme avoir déjà eu de la rétroaction depuis l’installation du tapis, durant la première semaine d’août.

Il y en a un qui m’a dit qu’il était heureux de pouvoir enfin amener une couverture, s’asseoir à côté du tapis et avoir un pique-nique avec sa famille. Mais même pour les jeunes mères avec leurs poussettes qui vont venir à la plage avec leurs bébés, ça va être plus facile de passer par le tapis que de pousser dans le sable, note Mme Brousseau.

Un homme qui porte un chandail noir

Le conseiller municipal Scott Robertson estime qu'il est parfois difficile, pour les personnes qui se déplacent facilement, de comprendre les défis auxquels sont confrontées les personnes à mobilité réduite.

Photo : Radio-Canada / Bienvenu Senga

Pour sa part, le conseiller municipal et membre du comité consultatif en matière d’accessibilité, Scott Robertson, admet que la mise en œuvre de l’initiative aurait sans doute dû être plus rapide.

Les obstacles que doivent surmonter les personnes à mobilité réduite ne sont pas évidents pour tout le monde. Si on ne doit pas y faire face personnellement, c’est difficile de comprendre l’importance de ce genre de projet. Et ce n’est pas seulement avec l’accessibilité, c’est aussi avec plusieurs concepts dans notre communauté. Pendant longtemps, on essaie de faire avancer un point de vue ou une opinion, mais je suis content de voir que même si ça a pris longtemps, on y est arrivé, conclut-il.

Le tapis sera retiré de la plage au début de l’hiver.

Nord de l'Ontario

Sports et loisirs