•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Clinique nouveau genre pour les jeunes à Sept-Îles

Après Montréal et Laval, la Côte-Nord est la première région où se déploie ce service qui, à terme, sera présent partout au Québec.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Anxiété, dépression, suicide : les jeunes Québécois voient leur santé mentale décliner depuis une décennie, selon l’Institut de la statistique du Québec. Pour inverser la tendance et offrir une alternative au milieu hospitalier, une nouvelle clinique, adaptée aux jeunes de 12 à 25 ans, est lancée à Sept-Îles.

L'Aire ouverte propose ainsi une alternative au milieu hospitalier pour les jeunes de Sept-Îles.

Le taux de suicide, c'est rendu hard, parce que le monde a besoin d'aide. [...] Ils viennent à l'hôpital, mais ils ne sont pas très bien traités.

Sophie Lapierre-Bélanger, membre du conseil jeunesse de l’Aire ouverte

La clinique se trouve au centre sociorécréatif de Sept-Îles. Bureaux décontractés, milieu de détente, espaces de jeu, heures d'ouverture en soirée... Tout est mis en oeuvre pour que les jeunes soient plus à l'aise de consulter.

Venir chercher de l'aide, c'est beaucoup de stress pour les jeunes. Ils ne savent pas et ont peur de la réaction des autres. En venant ici, c'est direct, c'est sans rendez-vous, c'est plus rapide, souligne Sophie Lapierre-Bélanger, membre du conseil jeunesse et l’une des idéatrices de l’Aire ouverte.

Trois personnes sont assises dans des cubicules intégrés aux murs. Elles parlent à un journaliste assis sur une chaise devant eux.

Sophie Lapierre-Bélanger et Étienne Vallée font partie des jeunes qui ont aidé à penser la clinique Aire ouverte. Ils sont ici accompagnés de Martin Thibeault.

Photo : Radio-Canada

Les patients pourront consulter pour des problèmes de santé mentale, mais aussi pour des questions de santé sexuelle et de contraception.

On a une infirmière clinicienne, un éducateur, un travailleur social. On va avoir d'autres membres qui vont se joindre à l'équipe, mais on peut y aller de la santé sexuelle, santé mentale, recherche d'emploi. On parle de bien-être global du jeune, explique le coordonnateur clinique Martin Thibeault.

Une fourgonnette est stationnée en bordure de la rue.

Un service adapté aux Premières Nations et une fourgonnette pour des consultations partout sur le territoire s'ajoutent à la clinique Aire Ouverte.

Photo : Radio-Canada

Une unité d’intervention mobile sera également déployée dans les prochaines semaines.

D’après un reportage de Jean-Louis Bordeleau

Côte-Nord

Santé mentale