•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Huawei dévoile sa première télévision intelligente

George Zhao dévoile la première télévision intelligente de l'entreprise, sur scène, devant une foule réunie lors d'une conférence à Dongguan, en Chine.

Huawei a dévoilé sa première télévision intelligente lors d'une conférence des développeurs du groupe à Dongguan, en Chine, le 10 août 2019.

Photo : Getty Images / Fred Dufour / AFP

Agence France-Presse

Huawei, entreprise bannie par Washington sur fond de rivalité technologique avec Pékin, a dévoilé samedi sa première télévision intelligente, qui sera équipée de son système d'exploitation maison, HarmonyOS, et commercialisée dès la semaine prochaine.

Le géant chinois des télécommunications et numéro deux mondial de l'industrie des téléphones intelligents fait ainsi son entrée dans un marché dominé jusque là par les Sud-Coréens Samsung et LG, ainsi que par les Japonais Sony et Panasonic.

Cette télévision intelligente sera disponible en Chine à partir de jeudi. Elle est commercialisée par HONOR, la deuxième marque de téléphones intelligents de Huawei, destinée à une clientèle plus jeune, comme l'annonçait son PDG, George Zhao.

La marque n'a pas exclu d'étendre sa commercialisation à d'autres pays, sans toutefois avancer de dates.

Ce n'est pas une simple télévision telle qu'on la connaît, a prévenu M. Zhao lors d'une conférence des développeurs du groupe à Dongguan, dans le sud de la Chine.

Caméra et reconnaissance faciale

L'appareil, qui fonctionnera sous le système d'exploitation maison de Huawei – HarmonyOS –, a été conçu comme un prolongement sur grand écran du téléphone intelligent de l'entreprise et fonctionne avec le même écosystème. Les contenus peuvent ainsi être synchronisés et basculés d'un support à l'autre.

La télévision intelligente est équipée d'une caméra rétractable destinée aux appels vidéo. Elle est également dotée d'un système de reconnaissance faciale qui vise notamment à empêcher les enfants d'avoir accès à certains programmes.

Elle marque le premier déploiement du système d'exploitation HarmonyOS, dont les contours ont été dévoilés vendredi par Huawei. Ce système est présenté par la firme comme étant une solution de rechange en cas d'impossibilité d'utiliser Android, à la suite d'éventuelles sanctions américaines.

Craintes d'espionnage

Huawei a été inscrite en mai sur une liste noire par l'administration Trump, sur fond de guerre commerciale et de rivalité technologique avec Pékin. L'entreprise est soupçonnée d'avoir installé des « portes dérobées » dans ses équipements de télécommunication, portes par lesquelles pourraient se faufiler des espions chinois, ce que dément toutefois le groupe.

Le numéro deux mondial des téléphones intelligents est menacé de perdre son accès à Android, le système d'exploitation américain qui équipe l'immense majorité des téléphones intelligents dans le monde.

Les entreprises américaines ne sont, en théorie, plus autorisées à vendre des produits technologiques à Huawei. Une période d'exemption de trois mois – qui doit prendre fin la semaine prochaine – lui a toutefois été accordée par Washington.

Techno