•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Jeunes libéraux : le virage nationaliste trouve écho chez des aspirants chefs

Les jeunes libéraux sont réunis à Québec pour le 37ième Congrès de la Commission-Jeunesse du PLQ.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La proposition des jeunes libéraux de replacer l'identité québécoise au centre de la reconstruction du parti trouve écho chez certains aspirants à la chefferie.

Réunis à l'Université Laval cette fin de semaine, les jeunes libéraux vont adopter une série de résolutions dans l'espoir de relancer la formation politique qui a subi la pire défaite de son histoire lors des élections d'octobre 2018.

Parmi celles-ci : adopter une loi affirmant l'interculturalisme au Québec ainsi qu'une constitution québécoise.

La Commission-Jeunesse du Parti libéral prône en effet l'interculturalisme plutôt que le multiculturalisme. La loi envisagée viserait à réaffirmer la présence d’un groupe majoritaire francophone au Québec […] centrée sur le respect des libertés individuelles, explique-t-on à la Commission-Jeunesse.

Stéphane Stril, président  de la Commission jeunesse du PLQ

Stéphane Stril, président de la Commission jeunesse du PLQ

Photo : Radio-Canada

Retour aux sources

Selon le président des jeunes libéraux, Stéphane Stril, cette position est celle défendue par le PLQ depuis déjà 50 ans. Il y voit donc un retour aux sources.

C'est là où on a un travail d'information à faire et d'expliquer aux Québécois que nos positions ne sont peut-être pas celles qu'ils pensent tout le temps.

Stéphane Stril, président de la Commission-Jeunesse du Parti libéral du Québec

Le chef intérimaire du Parti libéral, Pierre Arcand, a abondé dans le même sens à son arrivée au congrès de la Commission-Jeunesse, samedi matin.

« Le Parti libéral doit montrer aux Québécois francophones son intérêt plus élevé sur des questions comme la langue et sur les efforts qu'on fait sur le plan culturel », a-t-il déclaré.

Ses propos ne sont pas sans rappeler ceux d'Alexandre Taillefer, qui a dirigé la campagne libérale, dans les jours suivant la dégelée électorale du 1er octobre 2018.

M. Arcand croit que la base militante libérale ne serait pas opposée à ce virage nationaliste.

Je suis certain que l'idée qui a été véhiculée par la Commission-Jeunesse a été véhiculée par une majorité de nos membres.

Pierre Arcand, chef intérimaire du Parti libéral du Québec

Des élus se mouillent

Quelques députés pressentis ou aspirant déjà à devenir chef du parti se sont aussi prononcés aujourd'hui en marge du congrès.

Le député Gaétan Barrette, toujours indécis à savoir s'il se lancera dans la course à la chefferie, est catégorique. Le multiculturalisme selon lequel la culture québécoise francophone en est une parmi d'autres, ce n'est pas une chose à laquelle j’adhérerai, jamais, a-t-il tranché.

Les aspirantes déjà déclarées, soit Marwah Rizqy et Dominique Anglade, ont fait preuve d'ouverture à explorer l'idée. J'ai envie de les écouter et de les appuyer dans leurs démarches, a affirmé Mme Rizqy.

Mme Anglade, a quant elle convenu que la société québécoise était distincte, mais a fait preuve de retenu à savoir comment exprimer cette particularité.

On est une société distincte au Québec. On est différent du reste des provinces. Cet élément-là a toujours existé. Comment est-ce qu'on l'affirme de manière plus claire? Je pense que c'est la discussion à laquelle nous convient les jeunes.

Dominique Anglade

De l'opposition

Reste que la proposition d'un virage vers l'interculturalisme rencontre déjà de l'opposition.

Le président de la Commission des communautés culturelles de la formation politique, Mohammed Barhon, est monté au front sur Facebook, à l'aube du congrès.

L'interculturalisme ce n'est pas la défense de l'identité québécoise ni de la langue française, c'est nous diviser entre culture majoritaire et cultures minoritaires, condamnées à s'assimiler, a-t-il écrit.

La lutte contre les changements climatiques était l'autre point central à l'ordre du jour samedi.

L'aile jeunesse du PLQ souhaite en faire un projet d'envergure au même titre que les projets de la Baie-James et du Plan Nord.

Québec

Politique provinciale