•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Walmart retire les pubs de jeux vidéo violents, mais continue de vendre des armes

Un homme marche avec un panier dans le département d'électronique d'un magasin Walmart.

Walmart demande à ses employés d'éviter de montrer des publicités liées à des jeux vidéo violents, en réponse à l'attaque qui a fait 22 morts dans un de ses magasins d'El Paso, au Texas.

Photo : Associated Press

Radio-Canada

Walmart retirera de ses magasins le matériel publicitaire qui fait la promotion de jeux vidéo violents. Cette nouvelle survient près d’une semaine après l’attaque qui a fait 22 morts et 26 blessés dans une succursale d’El Paso, au Texas. Le détaillant continuera toutefois de vendre des armes à feu.

Dans une note interne, Walmart ordonne à ses employés de retirer tout matériel de promotion à caractère violent de ses magasins, d’éteindre les consoles Xbox et PlayStation sur lesquelles les clients peuvent tester des jeux vidéo violents et d’éviter de présenter des scènes violentes sur les écrans du rayon de l’électronique.

Les employés ont également été invités à ne pas présenter les vidéos sur le thème de la saison de la chasse dans le rayon des articles de sport, où sont vendues les armes à feu. Retirez ces articles de l'aire de vente ou éteignez-les immédiatement, peut-on lire dans la note interne.

Même si le matériel publicitaire ne sera plus visible en magasin, Walmart continuera de vendre des jeux vidéo à caractère violent. L'entreprise n’a pas non plus apporté de changement à sa politique de vente concernant les armes à feu, et ce, malgré la pression exercée en ce sens par de nombreux employés, activistes et politiciens.

Nous prenons ces mesures par respect après les récents événements, a indiqué par courriel Tara House, porte-parole de Walmart. Elle n'a toutefois pas souhaité formuler d’autres commentaires après cette déclaration.

Pourtant, plusieurs détracteurs estiment qu’il s’agit de mesures sans portée, destinées à faire taire les critiques plus qu’à résoudre le véritable problème. C’est une non-réponse et une non-solution, estime ainsi Thomas Marshall, qui travaille pour la division du commerce en ligne de Walmart à San Bruno, en Californie.

M. Marshall a notamment collaboré au lancement d'une pétition demandant à Walmart de cesser de vendre des armes à feu. Il affirme vouloir faire parvenir la pétition, qui compte 53 000 signatures, par courriel ce vendredi au président-directeur général de Walmart, Doug McMillon.

Dans la foulée de l’attentat d’El Paso, M. McMillon avait affirmé que l'entreprise veillerait à être réfléchie et attentionnée dans sa réponse.

Pas de lien entre les crimes violents et les jeux vidéo

Lundi, après un week-end sanglant où l’attaque d’El Paso a été suivie par une autre tuerie qui a fait neuf morts à Dayton, en Ohio, le président Donald Trump a accusé les jeux vidéo violents dans un discours.

Plusieurs études ont toutefois déjà prouvé qu’il n’existe aucun lien entre les jeux vidéo violents et ce genre d’attaque.

Cacher l’imagerie violente des jeux vidéo, c’est une mesure peu convaincante qui vise plutôt à distraire les consommateurs et les médias du réel problème, soit le fait que Walmart continue de vendre des armes à feu, affirme Scott Galloway, professeur de marketing à l’Université de New York.

Pendant ce temps, sur les réseaux sociaux, un mouvement visant le boycottage de Walmart a commencé à gagner en popularité.

La sénatrice du Massachusetts et candidate à l’investiture démocrate Elizabeth Warren a pour sa part critiqué Walmart dans un tweet vendredi. Les armes qu’elle vend tuent ses propres clients et employés. Aucun profit ne vaut la perte de ces vies. Faites la bonne chose, cessez de vendre des armes à feu.

Avec les informations de Associated Press

Consommation

International