•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Saint-Roch-de-l'Achigan sera consultée pour un projet d'aérodrome

Une grande banderole demande à Justin Trudeau de respecter la démocratie.

Après les citoyens de Mascouche, c'est au tour de ceux de Saint-Roch-de-l'Achigan de se mobiliser contre le projet d'aérodrome de promoteurs privés.

Photo : Radio-Canada / Delphine Jung

Radio-Canada

Un référendum populaire aura lieu dimanche à Saint-Roch-de-l'Achigan, dans Lanaudière, sur un controversé projet d'aérodrome régional. Les résultats de ce processus consultatif seront transmis au ministre fédéral des Transports, Marc Garneau, qui doit décider d'ici le 5 septembre s'il donne ou non le feu vert aux promoteurs.

Selon le maire Yves Prud'homme, dont l'administration a organisé le processus de consultation publique qui a débuté la semaine dernière, plusieurs facteurs expliquent pourquoi le projet suscite la grogne d'une partie de la population et des élus.

« Il faut connaître le milieu de la municipalité, qui est un milieu agricole, paisible... Je rencontre beaucoup de [nouveaux arrivants] qui viennent s'installer ici parce qu'il y a une quiétude », a-t-il indiqué en entrevue à l'émission Le 15-18 sur les ondes d'ICI Première.

« Soudainement, il nous arrive trois promoteurs qui veulent installer un aérodrome, sans avoir pris le temps de présenter leur projet en tant que véritables partenaires. Ils sont arrivés en disant : "Vous n'avez pas un mot à dire, pas plus que Québec; c'est une compétence fédérale, et voilà, c'est ce que nous avons l'intention de faire" », a poursuivi le maire Prud'homme, en précisant que les promoteurs en question ont également fait l'acquisition de terres agricoles.

Le premier magistrat soutient par ailleurs qu'aucune étude indépendante n'a été réalisée pour démontrer les retombées économiques de l'éventuelle construction d'un aérodrome.

Au dire du maire, les propriétaires d'avions des alentours n'investiront pas dans la municipalité, pas plus qu'il n'y consommeront, puisqu'ils « sont collés sur [l'autoroute] 25 ».

M. Prud'homme s'inquiète également de la nuisance sonore liée à la présence d'avions dans le secteur.

« Nous avons dit aux citoyens : "Aidez-nous à vous aider" », a encore mentionné le maire.

Ottawa tranchera

Peu importe le résultat du référendum consultatif, ce sera le ministre Garneau qui aura le dernier mot.

Toujours selon le maire, M. Garneau a « posé plusieurs questions intéressantes; il se préoccupe de la sécurité publique, ainsi que de l'intérêt public, c'est-à-dire le seul point que nous pouvons invoquer. C'est dans la loi! ».

Même s'il n'y est pas lié, le ministre a accepté d'attendre les résultats du référendum consultatif avant de statuer.

Le bureau du ministre va aussi attendre le dépôt d'un rapport par les promoteurs à propos du projet d'aérodrome.

« Toute décision tiendra compte de divers facteurs, notamment le rapport, les commentaires de la communauté et les préoccupations en matière de sécurité », précise Delphine Denis, porte-parole du ministre.

Les promoteurs désireux de construire un aérodrome à Saint-Roch-de-l'Achigan ont déjà tenté leur chance à Mascouche, sans succès, en raison de facteurs liés à l'environnement et à l'acceptabilité sociale.

Grand Montréal

Politique municipale