•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le tireur d'El Paso avoue avoir ciblé des Mexicains

Une femme tient une affiche sur laquelle est écrit : « Make racists afraid again ».

Des manifestants ont dénoncé la visite du président Donald Trump à El Paso mercredi, affirmant que son discours contribue à la normalisation du racisme aux États-Unis.

Photo : Getty Images / Mario Tama

Radio-Canada

Le suspect accusé d'avoir tué 22 personnes la fin de semaine dernière dans un Walmart d’El Paso, au Texas, a admis avoir voulu cibler des Mexicains dans sa déclaration à la police.

L'accusé a indiqué qu'une fois à l'intérieur du magasin, il a ouvert le feu avec son [fusil d'assaut] AK-47 sur des personnes innocentes. L'accusé a indiqué que ses cibles étaient des "Mexicains", peut-on lire dans le compte rendu policier, rédigé quelques heures après le massacre.

La plupart des victimes de l'attaque étaient des Américains d'origine hispanique, et huit d'entre elles étaient mexicaines. Vingt-six personnes ont également été blessées.

Le tireur, Patrick Crusius, est un homme blanc de 21 ans originaire d'Allen, près de Dallas. Il a indiqué à la police avoir roulé en voiture pendant environ 10 ou 11 heures pour se rendre dans la ville frontalière d’El Paso.

Située juste en face de la ville mexicaine de Juárez, El Paso est la sixième ville en importance du Texas, avec près de 700 000 habitants. La population est majoritairement composée d'hispanophones.

Toujours selon le rapport de police, Crusius a confessé son crime à l'arrivée des agents. Il est sorti d'un véhicule les mains en l'air et a affirmé : « Je suis le tireur ».

Les autorités se sont fondées sur ce rapport, rédigé par l'enquêteur Adrian Garcia du Département de police d'El Paso, pour l'inculper de meurtres. Il encourt maintenant la peine de mort.

Avant même de rendre publics ces aveux, la police enquêtait sur un manifeste raciste publié sur Internet et attribué à Patrick Crusius. L'auteur du document y dénonce notamment « une invasion hispanique du Texas ».

Le document de quatre pages reprend par ailleurs une partie du discours sur l'immigration de Donald Trump. Mais l'auteur met en garde ceux qui seraient tentés de blâmer le président pour l'attaque d'El Paso.

Il affirme plutôt que ses opinions sont antérieures à l'ascension politique de M. Trump et que d'y voir un lien constituerait une « fausse nouvelle ».

La visite de Donald Trump à El Paso mercredi a été vivement dénoncée par des manifestants, qui l'accusent de tenir un discours sur l'immigration qui normalise le racisme aux États-Unis.

Avec les informations de Agence France-Presse, Associated Press, et The New York Times

Amériques

International