•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Hélicoptère du patron de Savoura : la radiobalise de détresse était en bon état

Plan rapproché d'un hélicoptère abîmé en forêt.

L'épave de l'hélicoptère qui transportait le PDG de Savoura, Stéphane Roy, et son fils Justin

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Il y a du nouveau dans l’enquête entourant l’écrasement de l’hélicoptère du président de Savoura. Le Bureau de la sécurité des transports (BST) confirme que la radiobalise de détresse, qui n’était pas activée lors de l’impact, était bel et bien en bon état de fonctionnement.

Selon l’analyse du BST, les piles étaient pleinement rechargées, elles auraient donc émis un signal si l’interrupteur avait été à la position « ARM ».

L’antenne de transmission sur l’hélicoptère était aussi en bon état.

Sur les lieux de l’écrasement, le BST a retrouvé un GPS et deux cellulaires, mais les données n’ont toujours pas été analysées.

Le BST tient à rappeler l’importance de s'assurer que l’interrupteur des radiobalises installées dans les aéronefs soit en position « ARM », afin de réduire « les délais dans les recherches et sauvetage d’un aéronef porté disparu, augmentant par le fait même les chances de survie des occupants ».

Il faudra attendre le dépôt du rapport du coroner et du rapport final du BST pour savoir si la mise en fonction de la balise aurait pu permettre de sauver Stéphane Roy et son fils.

Dans ses premiers constats sur l’écrasement de l’hélicoptère, le BST avait déclaré que la vitesse des pales n’était pas maximale au moment de la tragédie et que la radiobalise était désactivée.

Le 25 juillet dernier, M. Roy et son fils Justin ont été retrouvés morts, après deux semaines de recherches près du lac Valtrie, à la suite de l'écrasement de leur hélicoptère au nord du parc national du Mont-Tremblant, dans les Laurentides.

Grand Montréal

Accidents et catastrophes