•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les plaintes liées au bruit se multiplient autour des pyramides du Vieux-Port

Image promotionnelle de la pyramide PY1, sur le quai de l'Horloge, à Montréal.

Plusieurs plaintes ont été déposées auprès de différentes instances au sujet de la musique jouée dans les pyramides.

Photo : Lune Rouge

Vincent Rességuier

Si pour certains les pyramides du Vieux-Port de Montréal sont l'attraction de l'été, pour d'autres, elles riment avec insomnie. Des résidents du secteur se plaignent du bruit que font les spectacles présentés en soirée pendant la fin de semaine.

Jusqu’à la fin septembre, les pyramides temporaires se transforment en discothèque les vendredis et samedis.

Annick Petrella habite en face du quai de l'Horloge et ses soirées sont devenues un enfer, dit-elle.

Comme plusieurs de ses voisins, le volume de la musique l’empêche de dormir. Même fenêtres et portes fermées, on entend les basses, se désole-t-elle.

Ça fait “boum, boum, boum” jusqu'à 3 h du matin. La dernière heure, bien souvent, ils augmentent le son. On est obligé de prendre des médicaments, sinon on ne dort pas.

Annick Petrella, résidente du secteur

Elle n'est pas la seule à se plaindre. La présidente de l'Association des résidents du Vieux-Montréal, Christine Caron, a recueilli les témoignages d’une quinzaine de personnes à bout de nerfs.

Des plaintes ont été déposées auprès du promoteur, de l'arrondissement, du 911, du 311, et même auprès de la Régie des alcools, des courses et des jeux.

Dans un premier temps, l’arrondissement de Ville-Marie a assuré que le promoteur Lune Rouge allait gérer les plaintes et évaluer les niveaux sonores.

Annick Petrella et ses voisins ont protesté, en faisant valoir que l’entreprise de Guy Laliberté ne pouvait pas être juge et partie.

Annick Petrella, résidente du Vieux-Montréal habite en face des pyramides temporaires

Annick Petrella, résidente du Vieux-Montréal

Photo : Vincent Rességuier

Dans un courriel envoyé à Radio-Canada, l’administration municipale affirme avoir installé des sonomètres et prévoit de faire sous peu une inspection chez les plaignants.

L’arrondissement dit avoir obtenu l’assurance de la part de Lune Rouge que des mesures seront mises en place pour minimiser les nuisances. Il prévient que, dans le cas contraire, il n'hésitera pas à délivrer des constats d'infraction.

Selon Christine Caron, les services de Ville-Marie ont admis que le spectacle ne respectait pas le règlement municipal en matière de bruit, et elle ne comprend pas pourquoi il n’y a pas eu de sanctions.

Elle dénonce aussi une part d'irresponsabilité de la Société du Vieux-Port, le propriétaire du site Montréal, qui selon elle, devrait avoir à cœur la qualité de vie des citoyens.

On pense que personne ne veut s'attaquer à ce spectacle et que les résidents vont devoir subir jusqu'à la fin de l'été les séances de bruit.

Christine Caron, présidente de l'Association des résidents du Vieux-Montréal

Annick Petrella se dit résignée et s’attend à devoir endurer la musique jusqu’à la fin du mois de septembre, mais elle espère obtenir la garantie que ce genre de spectacle ne reviendra pas dans les prochaines années.

Grand Montréal

Affaires municipales