•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Bayer nie avoir proposé un règlement de huit milliards pour le Roundup

Le logo de Bayer sur la façade du siège principal du groupe chimique allemand à Berlin.

La société Bayer affirme que ses produits ne sont pas cancérigènes.

Photo : AFP / ODD ANDERSEN

Reuters

Bayer n'a pas proposé de verser huit milliards de dollars pour mettre fin à plus de 18 000 plaintes aux États-Unis liées au Roundup, herbicide de Monsanto accusé de provoquer des cancers, déclare vendredi dans un courriel Ken Feinberg, médiateur dans ce dossier depuis la fin mai.

Il a ainsi démenti des informations de Bloomberg évoquant cette possibilité d'un règlement à l'amiable.

Une telle affirmation (relative à un règlement) relève de la pure fiction. Nous n'avons même pas évoqué les compensations dans le cadre de nos discussions en vue d'une médiation, déclare Ken Feinberg.

L'action Bayer a perdu plus d'un tiers de sa valeur, soit environ 30 milliards d'euros de capitalisation boursière, en un an depuis qu'un jury californien a déclaré en août 2018 que Monsanto, désormais filiale de Bayer, aurait dû prévenir les utilisateurs des risques présumés de cancer liés au Roundup.

Bayer conteste que cet herbicide soit à l'origine de cancers.

Le groupe a engagé des négociations avec les avocats des plaignants, a dit une personne au fait de la situation à Reuters.

Le président du directoire, Werner Baumann, a déclaré la semaine dernière que Bayer envisagerait un règlement à l'amiable avec les plaignants aux États-Unis, uniquement si les termes en étaient raisonnables et si cela permettait de clore définitivement le dossier.

Il avait ajouté que le groupe participait de manière constructive au processus de médiation ordonné par la justice sur les affaires traitées au niveau fédéral. La plupart des plaintes ont cependant été déposées auprès de tribunaux d’États américains.

18 400 plaintes aux États-Unis

Bayer, qui affirme que les autorités et des recherches approfondies ont établi que le glyphosate était sans danger, avait précédemment déclaré compter sur les tribunaux d'appel américains pour annuler ou modifier trois premières décisions de justice qui ont octroyé des dizaines de millions de dollars de dommages et intérêts à chaque plaignant.

Un porte-parole du groupe n'a pas souhaité s'exprimer vendredi.

Selon l'agence Bloomberg, qui cite trois sources proches des négociations, les avocats du groupe allemand veulent un accord qui englobe toutes les plaintes actuelles ou futures.

Bayer s'est dit prêt à débourser entre six et huit milliards de dollars mais les avocats des plaignants réclament plus de 10 milliards pour clore le dossier, ajoute Bloomberg.

Le nombre de plaignants accusant le Roundup et d'autres herbicides à base de glyphosate d'être responsables de leur cancer ne cesse d'augmenter et le groupe allemand doit faire face à plus de 18 400 actions en justice aux États-Unis.

Justice

International