•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'Ontario fait un pas en arrière pour financer en partie les dialyses à l'étranger

Un patient subit une dialyse.

Le gouvernement a annoncé plus tôt cette année qu'il mettrait fin à la couverture médicale en cas d'urgence à l'étranger.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a annoncé jeudi que les Ontariens souffrant d'insuffisance rénale bénéficieraient d'un financement pour les services de dialyse lors de leurs voyages à l'étranger. Cette annonce survient à la suite des inquiétudes soulevées par l'annulation du programme d'assurance maladie provinciale à l'étranger.

Le gouvernement a annoncé plus tôt cette année qu'il mettrait fin à la couverture médicale en cas d'urgence à l'étranger, affirmant qu'il était cher aux contribuables et ne fournissait qu'une couverture limitée.

L'Assurance-santé de l'Ontario couvrait des services hospitaliers à l’étranger jusqu’à 400 $ par jour pour un niveau de soins supérieur, comme les soins intensifs, et jusqu’à 50 $ par jour pour des soins ambulatoires et médicaux. La province dépensait 2,8 millions de dollars pour gérer environ 9 millions de dollars en paiements de réclamations chaque année.

Mais les Ontariens qui dépendent de la dialyse ont déclaré avoir besoin de ce financement pour pouvoir se rendre au travail ou pour rendre visite à leur famille, affirmant qu'ils ne pouvaient pas obtenir une assurance privée pour couvrir les coûts.

Christine Elliott a déclaré jeudi qu'un nouveau programme mis en œuvre par le Réseau rénal de l'Ontario remboursera aux patients dialysés 210 $ par traitement, soit le même taux que du programme qui sera annulé à compter du 1er janvier 2020.

Notre gouvernement a écouté les Ontariennes et les Ontariens sous dialyse concernant le besoin de préserver et de protéger leur capacité de voyager et de travailler à l'étranger en toute sécurité, a déclaré dans un communiqué Christine Elliott.

Ce nouveau programme destiné à financer les services de dialyse hors pays garantira que les patients sous hémodialyse peuvent planifier leurs voyages à l'étranger en ayant la certitude qu'ils peuvent avoir accès aux services médicalement nécessaires dont ils ont besoin.

Une femme.

Christine Elliott est vice-première ministre et ministre de la Santé de l'Ontario.

Photo : La Presse canadienne / Chris Young

Le programme coûtera 700 000 $ par an. Le remboursement de 210 $ ne couvre pas la totalité du coût de la dialyse, mais les patients qui étaient à la législature en mai pour demander une couverture continue à l’étranger ont déclaré que cela contribuerait à alléger le fardeau.

La porte-parole du Nouveau Parti démocratique de l’Ontario en matière de santé, France Gelinas, qui a tenu une conférence de presse avec les patients, a déclaré que le premier ministre ontarien, Doug Ford, fait bien les choses seulement quand il est coincé.

Le crédit pour ce revirement partiel revient aux courageux patients sous dialyse qui se sont exprimés à Queen's Park et dans leurs propres communautés contre cette décision qui ne voit qu'à court terme, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

La ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, a récemment déclaré que le plan du gouvernement de l'Ontario d'éliminer la couverture à l'étranger de l'assurance maladie pourrait compromettre l'accès aux soins médicaux nécessaires.

Ginette Petitpas Taylor a déclaré que l'Ontario serait la première province du pays à ne fournir aucune couverture pour les services hospitaliers et médicaux d'urgence reçus à l'étranger, affirmant que cela serait incompatible avec la Loi canadienne sur la santé, qui stipule que tous les Canadiens ont droit à une couverture continue de leur régime de santé provincial lorsqu’ils sont temporairement absents de leur domicile.

Selon le rapport 2018 de la vérificatrice générale Bonnie Lysyk, le ministère de la Santé avait traité en moyenne 88 000 demandes de remboursement à l'étranger par an sur une période de cinq ans et payé en moyenne 127 $ par demande.

L'Ontario dépense 9 millions de dollars par année pour des réclamations liées à des frais médicaux d'urgence à l'étranger et environ 2,8 millions de dollars par an pour administrer le programme.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Toronto

Politique provinciale