•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Facebook offre de payer des médias pour lancer un service de nouvelles

Un homme transportant un journal consulte un téléphone intelligent dans le métro.

Les médias traditionnels ont grandement souffert du quasi-monopole publicitaire de Facebook.

Photo : iStock / LeoPatrizi

Radio-Canada

Facebook aurait entamé des discussions avec de grands noms des médias pour leur offrir « des millions de dollars » afin d'obtenir les droits de publication de leurs contenus sur sa plateforme.

Cette approche fait suite à des années de critiques à propos de son monopole toujours plus grand sur les revenus publicitaires en ligne, au détriment d'une industrie du journalisme en manque d'argent.

Le Wall Street Journal a rapporté jeudi que des représentants de Facebook avaient confié à des éditeurs qu'ils paieraient jusqu'à 3 millions de dollars américains par année pour obtenir les droits liés à des articles, à des manchettes et à d'autres contenus.

Le réseau social n'a pas voulu commenter, mais a confirmé que l'entreprise visait à lancer une nouvelle section « nouvelles » cet automne. Le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, avait commencé à évoquer cette transformation en avril.

Une personne au fait du dossier a confirmé que Facebook avait approché News Corp. à propos de la possibilité d'obtenir des articles du Wall Street Journal. ABC News, le Washington Post et l'agence Bloomberg auraient aussi été approchés.

L'article du WSJ ne précise pas si Facebook envisage d'offrir 3 millions à chaque média ou à l'ensemble de ceux-ci.

Bien des experts et des dirigeants d'entreprises médiatiques blâment depuis longtemps Facebook et Google pour l'utilisation gratuite de leur contenu, tandis que le réseau social absorbe la quasi-totalité des revenus liés à la publicité, fragilisant d'autant l'industrie.

Un projet de loi bipartisan déposé au Congrès américain, plus tôt cette année, viendrait conférer une exemption aux lois antitrust pour les médias, ce qui leur permettrait de se regrouper afin d'exiger des redevances de la part des principales plateformes numériques.

Le Washington Post, qui a également été identifié dans l'article du WSJ, n'a pas voulu commenter, pas plus que Disney, propriétaire du réseau télé américain ABC.

Avec les informations de Associated Press

Médias

Techno