•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

École 040 à Aylmer : la CSPO doit gérer un terrain contaminé au mercure et un milieu humide

Des étudiants en salle de classe.

L'école secondaire 040 devait d'abord ouvrir ses portes en 2020 (archives).

Photo : iStock

Guillaume Dumont

Radio-Canada a appris que les sols de surface du terrain de la future école secondaire 040 à Aylmer sont contaminés au mercure, en raison de l’utilisation de pesticides par le passé sur cet ancien terrain de golf. Plus encore, la présence d’un milieu humide force la Commission scolaire des Portages-de-l'Outaouais (CSPO) à trouver des solutions. Cette situation ne devrait toutefois pas retarder le projet d’école, selon la CSPO, et elle ne présente pas de risques pour la santé.

En juillet, la CSPO révélait que l’ouverture de la future école secondaire dans le secteur d’Aylmer, à Gatineau, était reportée possiblement de deux ans en raison d’un test de sol supplémentaire requis.

À l’origine, l’école 040 devait ouvrir ses portes en 2020.

Le terrain adjacent à celui de la future école est partiellement contaminé au mercure et au manganèse. Cette situation a poussé le ministère de l'Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MELCC) à recommander à la commission scolaire d’effectuer de nouveaux tests de sol plus poussés.

L’aménagement de l’école 040 à Gatineau a été autorisé le 10 avril 2019. L’étude qui accompagnait le dossier et une autre fournie le 23 juillet ne démontraient pas de contamination. Toutefois, à la suite de la connaissance d’une contamination sur le terrain voisin, le MELCC a recommandé à la commission scolaire les 23 et 25 juillet de procéder à une caractérisation complémentaire qui ciblerait la couche supérieure des sols.

Extrait d'un courriel de Clément Falardeau, porte-parole, ministère de l’Environnement du Québec

MISE À JOUR

Le 22 août 2019, la CSPO a informé par courriel les parents que, selon les informations reçues du promoteur du projet La Croisée, les tests de sol supplémentaires réalisés sur le terrain devant accueillir la future école n’ont révélé aucune teneur en mercure nécessitant une décontamination. La CSPO prévoyait alors lancer en septembre l'appel d'offres pour la construction de l'école.

Le terrain sur lequel sera érigée la future école est un ancien golf, ce qui explique la présence de pesticides.

À une certaine époque, on utilisait des pesticides qui étaient à base de mercure. Donc, on doit en faire une gestion. À cet effet-là, on a procédé à des analyses de sol qui vont nous permettre – on parle ici de la couche superficielle du sol – de faire la gestion de ce sol-là, explique le directeur général de la CSPO, Jean-Claude Bouchard.

Jean-Claude Bouchard en entrevue avec Radio-Canada dans un bureau.

Le directeur général de la Commission scolaire des Portages-de-l’Outaouais, Jean-Claude Bouchard.

Photo : Radio-Canada

Il n’est pas dit qu’on ne peut pas l’utiliser, mais on peut l’utiliser à des endroits bien précis, ajoute-t-il.

Cette contamination partielle ne présente cependant aucun risque pour la santé des citoyens, selon la Ville de Gatineau et la commission scolaire.

Jean-Claude Bouchard assure que cette situation n’entraînera pas de nouveaux retards dans le projet et que les coûts supplémentaires pour effectuer la gestion des sols devraient être minimes.

Il peut y avoir certains coûts supplémentaires. Pour le promoteur, je n’en ai aucune espèce d’idée. Mais pour nous, ce ne sera pas quelque chose de très important, parce qu’on parle d’un terrain d’environ 13 000 mètres carrés. C’est quelque chose qui n’est pas de dimension importante et on parle de la couche de surface, soutient le directeur général de la CSPO.

Présence de zones humides

La présence d’un milieu humide vient cependant compliquer le projet pour la CSPO. Selon nos informations, l’une des solutions proposées serait d’utiliser un bassin de rétention des eaux pour pallier le problème.

Pour pouvoir partir en appel d’offres, pour pouvoir procéder à la construction, la première condition, c’est l’autorisation du ministère de l’Environnement pour le promoteur du projet La Croisée, en lien avec les zones humides. On ne peut pas recevoir une autorisation, un permis de construction sans cet élément-là, explique Jean-Claude Bouchard.

Le promoteur du projet devrait recevoir cette autorisation à la fin d’août, selon la CSPO.

De son côté, le conseiller municipal du district de Deschênes, Mike Duggan, affirme que les plans de la future école prévoient dorénavant des solutions pour gérer la présence de milieux humides.

Il y en a un qui touche au terrain résidentiel et un qui est proche de l’école prévue. Alors, comment gérer les eaux de surface? Il nous faut un bassin de rétention, de drainage. On remarque que le plan technique qu’on a reçu, c’était juste pour l’école, mais maintenant, il faut faire un plan d’ensemble pour l’école et le projet résidentiel, soutient Mike Duggan.

Mike Duggan répond aux questions d'un journaliste à la Maison du citoyen, à Gatineau.

Mike Duggan, conseiller du district de Deschênes.

Photo : Radio-Canada

Le conseiller municipal souhaite rassurer les citoyens de son district. Selon lui, l’école 040 pourrait ouvrir ses portes avant 2022. Une information qui n’a pas été confirmée par la CSPO.

Maintenant qu’on sait ce qui se passe, on a une piste d’action, on travaille comme des fous pour réaliser ce projet aussitôt que possible, lance Mike Duggan.

L’école secondaire 040 doit recevoir 810 élèves. Elle sera située à l’ouest du centre aquatique Paul-Pelletier et à l’est du cimetière Saint-Paul.

Ottawa-Gatineau

Éducation