•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Nouveau plaidoyer pour une « police des polices » au Nouveau-Brunswick

C’est une équipe indépendante de la Nouvelle-Écosse qui enquête sur l’intervention qui a mené à la mort de l’homme abattu par la GRC dimanche à Moncton.

Des policiers.

Un policier de la GRC a abattu un homme de 24 ans, le 4 août à Moncton.

Photo : Radio-Canada / Pierre Richard

Radio-Canada

La Gendarmerie royale du Canada ne compte pas rendre public le rapport de l’enquête indépendante sur la mort d’un homme, abattu par un policier le 4 août à Moncton.

C’est l’Équipe d'intervention en cas d'incidents graves de la Nouvelle-Écosse (SiRT) qui enquête sur l'intervention de la GRC qui a coûté la vie à un homme de 24 ans, dimanche dernier. En Nouvelle-Écosse, tous les rapports du SiRT sont publiés sur Internet. Le Nouveau-Brunswick n’a pas d’équipe indépendante du genre.

Au Nouveau-Brunswick, la décision de publier ou non ce rapport sur les agissements d’un service policier appartient à la GRC, indique le ministère de la Sécurité publique. Par courriel, la GRC répond que la législation provinciale actuelle ne permet pas la publication des rapports rédigés par un tel organisme.

Cette situation préoccupe la présidente du comité de gouvernance de l'Autorité policière régionale de Codiac, Danie Roy. Elle affirme que plus les activités de la police sont transparentes, plus cela est positif.

Le vice-président de l'Association des chefs de police du Nouveau-Brunswick, Alain Lang, demande quant à lui la création d'une équipe provinciale d'intervention en cas d'incidents graves.

C'est pour garder la confiance dans les corps policiers locaux.  'est un des enjeux les plus importants, soutient M. Lang.

Le ministère de la Sécurité publique dit étudier la possibilité de créer une équipe d'enquête néo-brunswickoise.

Felix Cacchione (à gauche), le directeur de l'Équipe d'intervention en cas d'incident grave de la Nouvelle-Écosse (SiRT), sur les lieux d'une enquête en 2018.

Felix Cacchione (à gauche), le directeur de l'Équipe d'intervention en cas d'incident grave de la Nouvelle-Écosse (SiRT), sur les lieux d'une enquête en 2018.

Photo : The Canadian Press / Andrew Vaughan

Créée en 2012, l’Équipe d'intervention en cas d'incident grave de la Nouvelle-Écosse (SiRT) est le seul groupe du genre dans les Maritimes. En février, son directeur, Felix Cacchione, plaidait pour la création d’une telle équipe dans chaque province, faisant valoir les distances considérables, la charge de travail et les contraintes budgétaires qui pèsent sur le groupe néo-écossais.

En début d'année, Terre-Neuve-et-Labrador s'est doté d’une équipe indépendante pour enquêter sur la police.

L’enquête indépendante du SiRT sur l’intervention policière du 4 août sur la rue Somerset, près de l’Université de Moncton, pourrait durer de quelques semaines à quelques mois. Selon M. Cacchione, un agent de la GRC a abattu un homme de 24 ans en possession d’un couteau. 

D’après le reportage de Jean-Philippe Hughes

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouveau-Brunswick

Forces de l'ordre