•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une Saskatchewanaise fabrique des poupées d’un réalisme déconcertant

Une dame pose en compagnie de ses poupées.

Lorna Robert a fabriqué 150 poupées au cours des 18 derniers mois.

Photo : Bridget Yard

Radio-Canada

Lorna Robert, une Saskatchewanaise, repousse les limites de l’art en confectionnant des poupées si réalistes qu’elles sont régulièrement confondues avec des bébés prématurés, des nouveau-nés ou de jeunes enfants.

Au premier coup d’oeil, impossible de penser que Lorna Robert a confectionné ces poupées. Les créations de cette habitante de Saskatoon sont réalisées avec une précision chirurgicale et ne laissent rien au hasard.

Elle reçoit des moules qui forment le torse, les jambes, les bras et la tête de ses poupées. Après les avoir peints, Lorna Robert finit l’assemblage, sans oublier les yeux en verre. Puis, à l’aide d’une petite aiguille, elle insère minutieusement les cheveux – synthétiques ou humains – dans la tête de la poupée.

Plus les poupées sont détaillées, plus elles sont thérapeutiques.

Lorna Robert, artiste
Une femme met des cheveux sur une poupée.

Lorna Robert passe plus de 40 heures chaque semaine sur la conception de ses poupées.

Photo : Bridget Yard

Même si elle est à la retraite, Lorna Robert a un emploi du temps bien rempli. Elle a fabriqué 150 poupées au cours des 18 derniers mois.

Maintenant, je reste à la maison et je fais des bébés!, s'exclame-t-elle.

Ce qui n’était qu’un passe-temps au départ est désormais un nouveau travail, puisqu’elle avoue passer plus de 40 heures par semaine à la conception de ses poupées. Elle vend ses créations au Canada, aux États-Unis, en Europe et même en Australie. Ses poupées se vendent entre 300 et 500 $ chacune.

C’était un mariage parfait pour moi, l’art et les bébés.

Lorna Robert, une artiste de Saskatoon
Une poupée sur un tabouret.

Il faut sept couches de peinture pour peindre chaque partie du corps de la poupée, selon Lorna Robert.

Photo : Bridget Yard

Une vaste clientèle

Lorna Robert explique que ses poupées sont populaires auprès des personnes âgées atteintes de démence, des jeunes enfants, mais aussi des familles qui vivent des moments difficiles.

Ainsi, pour une famille albertaine, les poupées de la Saskatchewanaise ont été d'une grande aide. Il y a quatre ans, trois des cinq enfants de Pam Grover étaient présents dans l'accident de la route qui a coûté la vie au père de la famille.

Ébranlée par la tragédie, la famille a laissé tomber sa maison dans un désordre émotionnel, selon Pam Grover. Heureusement, les poupées de Lorna Robert lui ont permis de trouver un peu de réconfort.

On ne peut pas être en colère quand on a un bébé dans les bras, affirme Pam Grover, qui habite à New Sarepta, près d'Edmonton.

Gros plan sur une poupée.

Les poupées de Lorna Robert sont vendues entre 300 $ et 500 $ chacune.

Photo : Matthew Garand

À l'image de la famille Grover, d'autres familles adorent les poupées de Lorna Robert. Cette dernière sait toutefois que certaines personnes trouvent l’idée étrange ou inappropriée. Malgré les critiques, elle entend continuer de repousser les limites de l’art, mais aussi de la réalité.

Ce sont des oeuvres d’art et, selon moi, c’est une bonne chose que les créations artistiques suscitent de vives réactions, dit-elle.

Avec les informations de Bridget Yard, de CBC News

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Arts