•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des Winnipégois se mobilisent pour éliminer les affiches de suprémacistes blancs

Sugar Sammy entame une tournée pancanadienne en s'arrêtant à Winnipeg.

Radio-Canada

En moins de 24 heures, plusieurs habitants de Winnipeg ont arraché la majorité des affiches d’un groupe suprémaciste blanc, nommé The Base. Ces affiches invitent exclusivement les personnes de descendance européenne à participer à des activités survivalistes et d’autodéfense. Elles ont été vues dans plusieurs secteurs de la ville, entre autres, sur le pont Norwood.

Omar Kinnarath, organisateur du groupe Facist Free Treaty 1, veut mobiliser les citoyens contre les mouvements racistes. Avec un groupe de bénévoles, il parcourt les rues de Winnipeg pour faire disparaître les tentatives de communication de ces groupes xénophobes que leur ont signalées des Winnipégois.

Plan serré d'un homme à l'extérieur dans une zone commerciale.

Omar Kinnarath, organisateur du groupe Facist Free Treaty 1, veut contrer le mouvement racisme au Canada.

Photo : Radio-Canada

C’est une preuve de la force et de la vigilance de l'antiracisme dans notre communauté.

Omar Kinnarath, organisateur de Facist Free Treaty 1

[Les habitants de la ville] travaillent dans le bon sens en faisant très attention à ces groupes. Ce travail fantastique démontre notre multiculturalisme, affirme-t-il.

D'autres habitants se disent surpris de voir ces affiches. Je me suis rendu compte que ces groupes-là existent partout. Ce n’est pas un problème qui est propre aux États-Unis, ce n’est pas un problème qui est propre à certains pays , explique Nicolas Audette, de Saint-Boniface.

C'est la première fois qu'on les voit en personne, en train de recruter et d'établir leur présence à Winnipeg. Je crois que c’est important, dès le début, de les dénoncer et de leur dire qu'ils ne sont pas les bienvenus ici. Et de démontrer aux gens qu’on est une société diverse et accueillante, on dit non au racisme, à l’islamophobie et à la xénophobie.

Nicolas Audette, de Saint-Boniface
Une affiche collée sur un poteau.

Les affiches d'un groupe de nationaliste blanc circule dans les rues de Winnipeg.

Photo : Facebook/Nicolas Audette

Pour sa part, Serge Nguena, de Saint-Boniface, dit ne pas s’inquiéter, car les Canadiens en général sont très aimables et particulièrement ici au Manitoba.

Selon lui, les propos, à caractères racistes du président américain, Donald Trump, créent des réactions fortes chez les suprémacistes blancs. Ils se disent qu’ils ont quelqu’un qui exprime tout haut leur pensée. Je me dis que, si on ne prend pas à bras le corps, très tôt, cette affaire, ça risque de déborder, explique-t-il.

Pour le moment, les bénévoles continuent d’arracher ces affiches.

Omar Kinnarath conseille fortement à ces derniers de faire attention en arrachant ces affiches, car elles pourraient receler des pièges. Il suggère d’utiliser des gants ou des ciseaux pour le faire.

Il explique que, dans plusieurs cas aux États-Unis et en Europe, les suprémacistes blancs ont laissé des lames de rasoir ou des produits chimiques sur les affiches pour blesser des gens de façon intentionnelle.

Avec les informations d'Ezra Belotte-Cousineau

Manitoba

Croyances et religions