•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ambassadeur du Canada aux États-Unis tire sa révérence

L'ambassadeur se tient devant des drapeaux des États-Unis et du Canada.

La démission de David MacNaughton entrera en vigueur à la fin du mois.

Photo : The Canadian Press / Graham Hughes

Radio-Canada

L'ambassadeur David MacNaughton, qui a été au cœur des délicates négociations commerciales entre le Canada et les États-Unis, quittera son poste à Washington à la fin du mois.

Le moment est venu de rentrer chez moi, a-t-il expliqué jeudi dans un communiqué, précisant qu'il retournerait chez lui à Toronto pour relever de nouveaux défis dans le secteur privé.

Au cours d'une conférence de presse consacrée à cette annonce, il a dit avoir hâte de rentrer au Canada pour passer davantage de temps avec sa famille, soulignant qu'il aurait un septième petit-enfant sous peu.

Le réseau CBC, s’appuyant sur une source ayant requis l’anonymat, révèle que M. MacNaughton, en poste depuis mars 2016, soupesait cette décision depuis un certain temps.

Insistant sur le nouvel accord de libre-échange entre le Canada, les États-Unis et le Mexique, renégocié sous la pression du président américain Donald Trump, David MacNaughton s'est dit très fier de l'entente conclue en septembre 2018.

Évoquant la dépendance du Canada pour le marché américain, il a même parlé d'une période au cours de laquelle le pays avait fait face à une crise existentielle.

Être ambassadeur du Canada à Washington, pendant cette période importante de notre histoire, a été le plus grand honneur de ma vie.

David MacNaughton, ambassadeur démissionnaire du Canada aux États-Unis, dans un communiqué

Parce que nous avons travaillé ensemble, parce que nous avons été solidaires, au-delà des lignes partisanes, le fédéral et les provinces, le privé et le public, nous avons pu accomplir ce qui est à mes yeux un résultat remarquable, a-t-il soutenu devant les journalistes.

Je n'ai jamais rien fait de ma vie qui ait été aussi difficile que ça. Physiquement, émotionnellement, a-t-il lancé, soulevant les répercussions des négociations sur les communautés du pays.

Dans son communiqué, il avait expliqué que la relation commerciale la plus importante du Canada était en grand péril. Le gagne-pain de centaines de milliers de Canadiens était en jeu.

Il a en outre remercié ses collaborateurs, vantant la contribution du premier ministre, Justin Trudeau, et de la ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, lors des négociations de libre-échange.

Je pars avec une certaine fierté de ce que nous avons accompli. Il y a de toute évidence encore des défis devant nous. La planète est un lieu incertain en ce moment, a-t-il ajouté.

Il a dit avoir bon espoir que l'entente entre en vigueur, se disant convaincu qu'elle obtiendrait un large soutien.

Les trois pays ont signé l'entente en novembre dernier, mais seul le Mexique l'a ratifiée depuis.

Selon CBC, M. MacNaughton entend agir comme conseiller pour les libéraux lors de la campagne électorale de cet automne.

Il a coprésidé la campagne de M. Trudeau en Ontario en 2015 et a travaillé pour les libéraux de la province à un certain nombre d'élections.

Louangé par Trudeau et Freeland

Dans un communiqué, Justin Trudeau a dit avoir accepté avec beaucoup d'affection et de gratitude, et bien entendu avec grand regret la décision de son ami et conseiller de confiance.

Vantant ses contributions sans précédent, le premier ministre a loué son rôle dans la difficile renégociation de l'Accord de libre-échange nord-américain (ALENA) et dans la levée des droits de douane sur l’acier et l’aluminium canadiens imposés par l'administration Trump, éliminés en mai 2019 après avoir été appliqués pendant presque un an.

David est un grand Canadien. Son honnêteté, son jugement et sa sagesse ont été indispensables aux négociateurs canadiens dans le cadre de la renégociation réussie de l’ALENA en 2017 et 2018, a-t-il déclaré, parlant des négociations commerciales les plus difficiles et les plus incertaines de notre histoire.

Évoquant l’incertitude économique sans précédent qu'avait affrontée le Canada, la ministre Freeland a elle aussi loué le travail acharné de son ami très cher.

Au cours de ces dernières années, je me suis fiée à la perspicacité, à l’intelligence et au courage de David en tant que négociateur. C’est donc avec une immense reconnaissance personnelle – et avec une certaine tristesse – que je marque son départ de ce poste diplomatique clé, a-t-elle déclaré par voie de communiqué.

Le représentant au commerce des États-Unis, Robert Lighthizer, a salué M. MacNaughton à l'occasion de son départ. Pendant les négociations de l'[Accord Canada–États-Unis–Mexique], nous avons développé une bonne relation de travail et sommes devenus amis, a-t-il écrit sur Twitter. C'est un négociateur et un diplomate hautement qualifié. Les États-Unis ont eu la chance de l'avoir comme représentant du Canada à Washington.

L'intérim assuré par l'ambassadrice adjointe

Le premier ministre n’a pas annoncé l’identité de son successeur, mais a précisé que l’ambassadrice adjointe du Canada à Washington, Kirsten Hillman, en poste depuis 2017, assurera l’intérim.

Mme Hillman a auparavant été sous-ministre adjointe du ministère en matière d'accords commerciaux et de négociations. À ce titre, elle a notamment supervisé la ratification de l'Accord économique et commercial global entre le Canada et l’Union européenne (AECG), négocié pendant plus de sept ans et conclu en octobre 2016.

L'ambassade est entre bonnes mains, a assuré M. MacNaughton.

Un porte-parole du bureau du premier ministre a indiqué à CBC que le poste ne serait pas pourvu avant les élections.

Politique fédérale

International