•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky s'éteint à 90 ans

L'homme pose et regarde le photographe.

Le réalisateur français Jean-Pierre Mocky à Paris le 15 novembre 2016

Photo : AFP/Getty Images / JOEL SAGET

Radio-Canada

Le cinéaste Jean-Pierre Mocky, l'un des réalisateurs français les plus inclassables, est mort jeudi à l'âge de 90 ans.

Jean-Pierre Mocky est parti tourner son prochain film avec Bourvil, Michel Serrault, Michel Simon, Fernandel, Jacqueline Maillan, Jeanne Moreau, Jean Poiret, Francis Blanche, Charles Aznavour et tant d'autres. Le cinéaste s'est éteint dans sa 91e année à son domicile parisien, entouré de sa famille et de ses proches, ont indiqué son fils Stanislas Nordey et sa fille Olivia Mokiejewski dans un communiqué adressé à l'AFP.

L'anarchiste du cinéma français

Auteur de plus d'une soixantaine de films, dont Un drôle de paroissien avec Bourvil ou encore À mort l'arbitre avec Michel Serrault et Eddy Mitchell, Jean-Pierre Mocky était considéré comme l’anarchiste du cinéma français, un sempiternel râleur, mais avant tout un artiste libre.

Également acteur, scénariste et producteur (il a toujours voulu contrôler l'ensemble du processus de production d'un film), il a réalisé plus de 60 longs métrages ainsi qu'une quarantaine de téléfilms.

Un homme au franc-parler

Au cours de sa longue carrière, il a tourné avec d'immenses interprètes, de Bourvil à Catherine Deneuve en passant par Charles Aznavour et Gérard Depardieu.

En dépit de sa marginalité, il avait reçu, depuis 2010, plusieurs hommages et distinctions de la profession. Leur effet sur moi est à peu près aussi durable qu'un pet sur une toile cirée, pestait-il.

Mocky et l'accent de Fred Pellerin

Le réalisateur avait fait parler de lui au Québec en juin 2013. Lors de son passage à l'émission On n'est pas couché sur les ondes de la télé française, le Québécois Fred Pellerin avait fait fureur. Une séquence de l'émission en particulier avait fait parler quand le conteur s'était retrouvé au cœur d'une polémique sur l'accent québécois et la langue française avec le réalisateur Jean-Pierre Mocky, qui affirmait ne rien comprendre à ce que Pellerin disait.

Avec les informations de Agence France-Presse

Cinéma

Arts