•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Éliminer l’odeur désagréable des moufettes grâce à un champignon

Gros plan sur une moufette.

Les « bêtes puantes » ne sont habituellement pas agressives.

Photo : iStock

Alain Labelle

Un composé chimique qui existe naturellement dans un champignon s’avère efficace pour contrer l’odeur nauséabonde du soufre organique retrouvé dans les jets défensifs des moufettes.

Les « bêtes puantes » ne sont habituellement pas agressives et préfèrent prendre la fuite face aux humains et lors d’autres rencontres fortuites. Dans le cas où la menace persiste, les moufettes sifflent, grattent le sol et lèvent la queue pour avertir leurs belligérants qu’elles n’entendent pas à rire.

Lorsqu’elles se sentent en réel danger, toutefois, elles passent aux choses sérieuses et contractent leurs deux glandes anales pour asperger la menace d’un liquide jaunâtre très nauséabond.

Leur musc, elles l'éjectent avec précision à 5 ou 6 m de distance et jusqu’à 4 à 5 fois d’affilée, si elles le jugent nécessaire. L'odeur est si intense que le vent peut la répandre sur près d’un kilomètre.

Une mouffette.

La moufette peut vivre jusqu’à 7 ans dans la nature, et 10 ans en captivité.

Photo : Boviate/Flickr

L’agresseur se transforme alors en victime. Fido, qui pensait avoir trouvé une nouvelle copine pour s’amuser, revient à la maison avec ce parfum bien distinctif qui prendra des jours à disparaître, et ce, malgré les bains répétitifs de jus de tomates, les recettes de « grands-mères », et les produits commerciaux.

Moufette 101

  • Elle mange de tout. Des plantes, des insectes, des souris, des œufs, et même de jeunes lapins. Dans les villes, elle se nourrit également dans les poubelles.
  • Elle peut vivre jusqu’à 7 ans dans la nature, et 10 ans en captivité.
  • Ses jets éloignent la plupart de ses ennemis, mais le renard roux et certains oiseaux de proie, comme le grand-duc, ne se laissent pas intimider.

Un puissant cocktail répulsif

Les sécrétions anales des moufettes comprennent plusieurs types de composés organosoufrés malodorants qui imprègnent les humains, leurs vêtements et les animaux domestiques.

L’élimination de cette odeur représente un défi de taille en raison de la nature même des composés.

Le chercheur Robert Cichewicz et ses collègues de l’Université de l’Oklahoma à Norman ont découvert qu’un composé extrait (péricosine A) d’un champignon (Tolypocladium fungus) neutralisait l’odeur habituellement récalcitrante des sécrétions de la moufette, particulièrement lorsqu’il est jumelé à certains autres ingrédients cosmétiques.

Selon ces chercheurs, le composé fongique réagit avec deux types de substances organosoufrées particulièrement responsables de la puanteur – les thiols et les thioesters – et les rend inodores.

Des expériences ont révélé que la substance mise au point par les chercheurs ne causait pas d'irritation de la peau ou aux yeux.

Reste maintenant à effectuer des tests plus poussés qui mèneront peut-être à la mise en marché d'un produit efficace.

Le détail de ces travaux est publié dans le Journal of Natural Products (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Science