•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Meurtre de Thomas Cameron : une peine pour adulte sera réclamée

Le jeune homme assis à l'extérieur, souriant.

Le corps de Thomas Cameron a été retrouvé samedi soir dans un parc de Sherbrooke.

Photo : Facebook / Karine Cameron

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

L'adolescent de 17 ans accusé du meurtre au premier degré de Thomas Cameron était de retour en cour jeudi matin au palais de justice de Sherbrooke.

La procureure de la couronne, Me Nathalie Robidoux, a déposé officiellement en Chambre de la jeunesse un avis d'assujettissement pour prévenir l'accusé qu'elle compte réclamer une peine pour adulte s'il est reconnu coupable. L'adolescent sera de retour en cour le 14 août pour qu'une date d’enquête sur sa remise en liberté soit fixée.

Une adolescente de 15 ans, accusée quant à elle de complicité après le fait, a comparu en avant-midi. Son dossier est également remis au 14 août.

Me Nathalie Robidoux s’opposera à la remise en liberté des deux adolescents. C’est sûr qu’il y aura un débat à faire, a-t-elle expliqué.

Thomas Cameron, un Sherbrookois de 18 ans, a été assassiné samedi soir au parc Adrien-Cambron, situé dans l’est de la ville.

Comme les accusations sont déposées en Chambre de la jeunesse, la loi interdit de révéler l'identité des deux personnes mineures. L'interdiction tomberait cependant advenant que l'accusé soit reconnu coupable et que la couronne obtenait gain de cause, explique l'avocat criminaliste, Me Patrick Fréchette.

Pour ça, il doit être déclaré coupable et soumis à une peine adulte, précise-t-il.

La peine maximale pour un adolescent accusé de meurtre est de 10 ans d'emprisonnement, tandis qu'un adulte s'expose à une peine d'emprisonnement à perpétuité sans possibilité de libération conditionnelle avant 25 ans, note l'avocat.

Trois options pour l'accusé

Le fait d'être exposé à une peine pour adulte ouvre la porte à trois possibilités de procès pour l'accusé de 17 ans, qui pourra opter pour un procès en Chambre de la jeunesse, un procès devant jury ou un procès devant un juge de la Cour supérieure.

Une certaine prudence est donc de mise dans les faits qui seront rapportés publiquement, signale Me Fréchette. Mercredi, certains médias ont dévoilé des détails issus du rapport d'événement révélés par le gardien du parc Adrien-Cambron, où a été perpétré le crime.

Ça peut nuire grandement au bon déroulement d'un procès, mentionne Me Patrick Fréchette.

On peut comprendre que les gens souhaitent obtenir de l'information lorsqu'un élément malheureux comme ça se produit, et on comprend que les médias ont un rôle à jouer, bien entendu. Mais lorsque des éléments factuels sont soumis comme ça dans les médias à la population en général, ça peut nuire au bon déroulement d'un dossier, précise-t-il.

Par exemple, si le jeune est assujetti à une peine adulte, comme le demande la poursuite, qu'il fait le choix d'un procès devant juge et jury, peut-être que la défense pourrait alléguer qu'un jury ici localement est contaminé par l'information obtenue par le biais des médias, ajoute l'avocat.

Une soirée hommage prévue pour la victime

Une veillée aux chandelles aura lieu samedi, à 20 h 30, au parc Adrien-Cambron, pour honorer la mémoire de Thomas Cameron. Plusieurs personnes ont confirmé leur présence à cette veillée en l'honneur du jeune homme de 18 ans.

Thomas Cameron était reconnu comme serviable et souriant par ses proches, lui qui s'était impliqué notamment dans le tournoi Novice-o-Rama de Sherbrooke.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !