•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

À 11 ans, ces Calgariennes vont compétitionner à Silicon Valley

Les quatre jeunes filles posent pour la caméra, habillées de chandails à l'effigie de leur application.

Emma Cutler, Tito Akinlosotu, Claire Palmer et Sarah Jacobson ont remporté la compétition régionale de Calgary du Technovation, qui les amènera directement en finale en Californie.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Radio-Canada

Du haut de leurs 11 ans, quatre adolescentes de Calgary défendront le Canada lors d’une compétition d’innovation technologique à Silicon Valley, jeudi prochain. Seule équipe canadienne en lice, les Robot Unicorns présenteront leur application mobile qui aide les enfants à gérer leur anxiété sociale.

Passionnée par la technologie et la robotique, Tito Akinlosotu a commencé à apprendre à coder par elle-même dès l’âge de neuf ans en regardant des vidéos en ligne.

Ma mère a trouvé la compétition Technovation l’an dernier et elle m’a demandé si je voulais participer. J’ai dit oui, oui, s’il-te-plaît!, raconte la jeune fille avec des étincelles dans les yeux.

Elle a été mise en contact avec Claire Palmer, Emma Cutler et Sarah Jacobson et ensemble, elles ont fondé l’équipe Robot Unicorns.

Nous avons commencé à chercher quels sont les problèmes dans notre communauté et nous avons découvert que l’anxiété sociale est un gros problème, alors on s’est dit qu’on allait tenter de le régler, explique Sarah.

Depuis novembre 2018, les quatre jeunes filles ont mis la main à la pâte, se réunissant deux fois par semaine après l’école. Sarah et Tito ont d’ailleurs suivi des cours de programmation à l’Université de Calgary, qui les a chapeautées dans leur projet.

Emma, douée en dessin, a conçu tout le visuel de l’application, tandis que Claire s’est investie à fond dans l’aspect marketing, créant même une image de marque et un plan d’affaires, ce qui n’était exigé que des équipes plus âgées qu’elles.

Une application pour gérer l’anxiété

Conçue en trois volets, l’application Cloud 9 se veut un outil de gestion de l’anxiété pour les enfants. Le premier volet permet aux enfants de raconter leur journée à Charlie le chien.

Le deuxième chien, le thérapeute, pose des questions simples pour aider l’enfant à identifier ses émotions et fournit quelques conseils pour les aider à interagir plus facilement.

Le troisième volet offre des liens vers des services d’aide et des témoignages d’autres utilisateurs.

Tito choisit sur une échelle de 1 à 10 son niveau d'anxiété sur l'application, présentée sur une tablette.

Les adolescentes ont choisi des chiens comme personnages interactifs, car ils facilitent le contact avec les enfants.

Photo : Radio-Canada / Audrey Neveu

Grâce à cette application simple et intuitive, l’équipe Robot Unicorns a remporté la compétition régionale de Calgary du défi Technovation, qui avait lieu à l’Université de Calgary. Elle s’envolera maintenant pour la Californie pour présenter son application à un panel de juges.

Oui, je suis un peu nerveuse, seulement parce que les autres équipes sont bonnes, mais nous sommes incroyables, lance Sarah en secouant les cheveux avec attitude.

Un grand potentiel d’avenir

Comme ses camarades, Sarah est particulièrement excitée à l’idée de la journée de visite de Silicon Valley, où elles pourront notamment visiter le quartier général d’Uber et l’Université Stanford.

On peut même remporter des bourses pour nos études!, s’enthousiasme-t-elle.

Cette occasion fait rêver en grand les adolescentes. Le but est d’encourager les filles à coder, rappelle Tito, qui voudrait un jour devenir animatrice pour le studio Pixar.

Plusieurs membres de mon équipe ne savaient même pas ce qu’était le codage au début, mais maintenant elles pensent même qu’elles pourraient en faire un travail. Si nous sommes plus à le faire, nous allons inspirer plus de personnes.

Tito Akinlosotu, instigatrice du projet

Qu’elle gagne ou non, la jeune équipe n’a pas l’intention de s’arrêter après cette compétition. Déjà, elle envisage de vendre son application à des écoles et des hôpitaux, afin d’aider d’autres enfants.

Alberta

Innovation technologique