•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Sur les traces de son ancêtre acadien de la Louisiane... à l'île Georges

Pendant la Déportation, des Acadiens ont été emprisonnés sur cette île dans des conditions difficiles.

Martin Guidry a raconté aux participants l'histoire de son ancêtre Pierre Guidry.

Martin Guidry a raconté aux participants l'histoire de son ancêtre Pierre Guidry.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Olivier Lefebvre

Un Acadien de la Louisiane a profité d'une rare occasion de se rendre sur l'île Georges, dans le havre d'Halifax, pour effectuer un long pèlerinage sur les traces d'un ancêtre.

Martin Guidry s'est rendu partout où son ancêtre Pierre Guidry est passé. De Lunenburg au Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse, en passant par la Caroline du Nord, sa quête se termine sur l'île Georges, en face du centre-ville d'Halifax.

C'est le seul endroit où il a mis les pieds que je n'avais jamais encore vu. C'est très excitant!

Martin Guidry, participant

Son ancêtre Pierre Guidry était âgé d'environ 15 ans quand il a été emprisonné sur l'île aux côtés d'une cinquantaine d'autres Acadiens.

Il y a passé environ deux mois avant d'être déporté en Caroline du Nord.

Je pense à ce qu'a été leur vie et à combien c'était difficile pour eux, explique Martin Guidry, quelques minutes à peine après avoir foulé la rive de l'île Georges.

La présidente de l'organisme Les Amis de Grand-Pré, Susan Surette-Draper, était l'une des organisatrices de l'événement.

La présidente de l'organisme Les Amis de Grand-Pré, Susan Surette-Draper, était l'une des organisatrices de l'événement.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Un symbole de la résistance des Acadiens

Susan Surette-Draper est l'une des organisatrices de l'événement. Elle explique vouloir faire découvrir aux participants une partie de l'histoire de la résistance des Acadiens.

L'île Georges, c'est vraiment un morceau du grand portrait de la Déportation.

Susan Surette-Draper

Il faut penser à une stratégie quand on va faire une grande chose comme déporter tout ce monde-là. L'île Georges fait partie de cette stratégie-là. Premièrement, il faut séparer les leaders, ça laisse les communautés acadiennes sans personne pour les guider, a-t-elle expliqué aux participants.

Une île méconnue du grand public

L'île Georges reste aujourd'hui difficilement accessible au public, malgré sa très grande proximité du centre-ville d'Halifax.

Il faut être accompagné d'un guide et obtenir une autorisation de Parcs Canada pour la visiter.

L'île Georges reste méconnue du grand public, malgré sa proximité au centre-ville d'Halifax.

L'île Georges reste méconnue du grand public, malgré sa proximité du centre-ville d'Halifax.

Photo : Radio-Canada / Olivier Lefebvre

Cela expliquerait en partie la méconnaissance du public face à son importance lors de la déportation des Acadiens et de son rôle majeur dans le Complexe de défense d'Halifax.

Je croyais que j'allais arriver là et que j'allais ramasser des bleuets, qu'il n'y aurait rien d'autre que de la mauvaise herbe et des serpents, mais ce n'est pas ça du tout, s'est exclamée la participante Clara Dugas, de retour sur le front de mer d'Halifax.

Une autre participante a dit avoir espoir qu'un jour l'histoire acadienne de l'île sera racontée à tous ses visiteurs.

Ils seront peut-être bientôt plus nombreux. L'hiver dernier, le gouvernement de la Nouvelle-Écosse a réaffirmé son désir de faire de l'île un outil d'attraction touristique.

Parcs Canada étudie de son côté la possibilité d'ouvrir le site au public.

Nouvelle-Écosse

Histoire