•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Fransaskois Ousmane Ilbo Mahamane, passionné de cinéma et de radio

Ousmane Ilbo Mahamane debout dans une rue de Gravelbourg.

Ousmane Ilbo Mahamane à Gravelbourg

Photo : Radio-Canada

Nicole Lavergne-Smith

Depuis cinq ans, Ousmane Ilbo Mahamane est la voix de CFRG 93,1 FM à Gravelbourg. Mais le directeur de la radio communautaire est également un cinéphile averti.

Il se passionne pour le développement de l’industrie cinématographique au Niger, son pays d'origine.

À l’âge de 7 ans environ, Ousmane Ilbo Mahamane a eu la piqûre pour le septième art. Dans sa ville natale de Zinder, il regardait des films l’un après l’autre.

Il a vite compris le pouvoir des images comme bon moyen pour se faire voir et entendre, bien plus que les discours politiques et autres interventions des leaders à travers le monde, dit-il.

Ousmane Ilbo Mahamane a commencé à travailler en Afrique comme électricien. Mais ce qu'il voulait vraiment faire, c'était communiquer et raconter des histoires.

C'est pourquoi il a rejoint le groupe à l'origine de Haské, le premier journal indépendant de son pays. Son travail de journaliste lui a permis d'en apprendre plus sur le monde du cinéma au Niger, terre de prédilection de l’ethnologue et réalisateur français Jean Rouch.

Ousmane Ilbo Mahamane a retracé l'historique de cette industrie cinématographique dans son premier ouvrage sorti en 1990, Le cinéma au Niger. Un thème qu'il a par la suite approfondi dans d'autres publications.

La couverture d'un livre jaune avec la photo d'une femme en noir et blanc.

La couverture du livre écrit par Ousmane Ilbo Mahamane

Photo : Ousmane Ilbo

Il a également fondé le festival Les Rencontres du cinéma africain de Niamey.

L'événement a pris fin au bout de quatre ans, faute de financement. « Le drame chez nous, sur le plan culturel, c'est que le Niger a toujours manqué de soutien », affirme-t-il.

Ousmane Ilbo Mahamane a toujours voulu que le cinéma nigérien regagne ses lettres de noblesse.

Il a par la suite entrepris des études de cinéma en France, puis au Canada. Terminer son doctorat à l'Université de Montréal fait partie de ses projets.

Son épouse, une enseignante, a décroché un poste à Gravelbourg - c'était il y a cinq ans. Le couple s'est ainsi installé dans le village. Lui a commencé par travailler bénévolement à la radio communautaire; depuis deux ans, il en est le directeur.

Ses ambitions pour CFRG 93,1 FM sont grandes.

Mon premier souci dans le moment c’est de faire en sorte que la radio que j’ai prise devienne une radio vraiment écoutée dans toute la Saskatchewan.

Le développement de l’industrie cinématographique au Niger lui tient toujours à coeur.

En 2018, il y est retourné pour tenter de relancer un festival de cinéma à Zinder. Encore une fois, selon lui, il s'est heurté à un manque de volonté politique.

Ousmane Ilbo Mahamane en train de parler devant des micros pendant une conférence de presse.

Ousmane Ilbo Mahamane lors de la conférence de presse au Niger pour tenter de relancer son festival de films

Photo : Ousmane Ilbo

À défaut d'avoir réussi, il en a profité pour tourner deux documentaires sur les réalités sociales que vivent les gens de Zinder. À Gravelbourg, il peaufine leur écriture et leur montage.

Que ce soit grâce à la radio communautaire ou au cinéma, Ousmane Ilbo Mahamane a soif de changements. Sa vision le mène vers l’avant.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Médias