•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vidéotron accuse Cablevision de bloquer son arrivée en Abitibi-Témiscamingue

Le logo de Cablevision sur les bureaux de Val-d'Or.

Vidéotron accuse Cablevision de tout mettre en oeuvre pour bloquer son arrivée en Abitibi-Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Mélanie Picard

Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Vidéotron dénonce des actions prises par Cablevision qui bloquent l'arrivée de Vidéotron en Abitibi-Témiscamingue.

Le 11 juillet dernier, l'entreprise Vidéotron a annoncé qu'elle a l'intention de commencer à offrir ses services en Abitibi-Témiscamingue.

Vidéotron désire augmenter son offre en implantant dans la région les services d'Internet, de télévision et de téléphonie IP.

Élodie Girardin-Lajoie, vice-présidente aux affaires corporatives chez Vidéotron, indique que Cablevision refuse de signer une entente qui a déjà été convenue entre les deux parties.

Cablevision et Bell, en fait, font tout pour ralentir un processus qui mettrait fin à une partie de leur monopole et qui nous permettrait d'arriver à créer une saine concurrence dans la région, dit-elle. On s'entend que les grands perdants dans l'histoire ce sont les résidents, les consommateurs, les entreprises de la région.

Cablevision ne commente pas

Cablevision a répondu dans un courriel qu'elle ne commenterait pas le dossier au-delà de sa soumission au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), datant du 30 juillet dernier.

Dans cette soumission, Cablevision s'objecte à la demande de Vidéotron que Cablevision signe l'entente-cadre de services de gros et l'annexe de service AITP (tarifs d'accès internet aux tierces parties).

Fin 2019

Élodie Girardin-Lajoie soutient que Vidéotron a l'intention de s'établir dans la région avant la fin de l'année 2019.

On est vraiment déterminé et très confiant de pouvoir arriver quand même d'ici la fin de l'année, déclare-t-elle. Et je peux vous dire qu'on va dénoncer chacune de ces initiatives de la sorte pour limiter l'arrivée d'une saine concurrence dans la région. [...] On est très confiant que le CRTC va accepter rapidement d'entendre notre plainte.

Le 6 août, Vidéotron a déposé une réplique au CRTC, dans laquelle l'entreprise affirme que Cablevision prend des mesures qui empêchent la mise en service de Vidéotron. L'entreprise demande entre autres au CRTC d'exiger que Cablevision signe l'entente et d'implanter les interconnexions dans un délai de trois mois à partir du 9 juillet 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !