•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Une période douloureuse » pour Sainte-Marie

La résidence située au 297, avenue Chassé à Sainte-Marie en démolition le 5 août 2019

Photo : Radio-Canada / Pierre-Alexandre Bolduc

Radio-Canada

Les démolitions de maisons ne font que commencer à Saint-Marie. Jusqu'à 150 résidences devront être démolies au centre-ville parce qu’elles se situent en zone inondable. Le maire Gaétan Vachon parle d'une « période douloureuse » pour la municipalité beauceronne.

Gaétan Vachon a rencontré la presse mercredi matin, trois mois après les inondations historiques dans sa municipalité.

Présentement, pour la ville de Sainte-Marie, c’est une page d’histoire qui se tourne. On est en train de faire un grand changement, c’est une période qui va être très émotive. On a connu un tsunami le 20 avril dernier quand on a eu l’inondation, mais cette semaine, le deuxième tsunami pour nous est plus émotif parce que c’est l’entrée des pelles, souligne-t-il.

Jusqu’ici, des autorisations ont été obtenues pour la démolition de 81 résidences et il reste encore 71 dossiers à traiter. Le maire espère avoir un portrait final d'ici la fin du mois.

Au cours des derniers jours, les maisons touchées par la dernière crue de la rivière Chaudière ont commencé à être démolies.

Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie.

Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie

Photo : Radio-Canada

Le maire sait que certains citoyens craignent que la municipalité ne devienne un village fantôme. Il se fait toutefois rassurant. Ça m’a déçu. On est une ville en santé. On fait un virage, on est en train de vivre des contretemps de la nature et on va le faire très bien, affirme Gaétan Vachon.

Il promet d’ailleurs de réaménager le centre-ville.

Ce ne sera pas un espace abandonné.

Gaétan Vachon, maire de Sainte-Marie

On va prendre des professionnels. On va essayer de faire quelque chose qui est intéressant. Ça peut être des arbres, des pistes cyclables, des petits parcs.

Le maire a aussi précisé que les dommages causés aux infrastructures de la Municipalité s’élèvent à un million de dollars. La Ville a déjà entamé des démarches pour déménager l’hôtel de ville, la caserne de pompiers et la bibliothèque.

Terrains recherchés

La Municipalité est à la recherche de nouveaux terrains pour reloger les résidents du centre-ville.

« On fait des pieds et des mains. On essaie de trouver des espaces pour ces gens-là. Je ne vous dis pas qu’on va en avoir pour tout le monde », reconnaît-il toutefois.

Des demandes ont notamment été faites auprès de la Commission de protection du territoire agricole bien avant les dernières inondations pour récupérer certains terrains à des fins résidentielles ou commerciales.

Carte des zones inondables

Le maire travaille toujours à finaliser la nouvelle carte de la zone inondable avec le gouvernement. Il suggère de s’en tenir à la zone inondable 0-100 ans qui est, selon lui, une « bonne indication » du territoire où la construction ne devrait pas être permise.

La ministre des Affaires municipales Andrée Laforest était d’ailleurs de passage en Beauce en matinée dans le cadre d’une tournée des municipalités touchées par les inondations.

Elle a insisté sur les efforts de son gouvernement pour venir en aide aux sinistrés. « On est conscient que ce n’est pas évident. Au niveau de la reconstruction, de la relocalisation, on est en partenariat avec Sainte-Marie », assure la ministre.

Québec

Politique