•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’événement prévoyant l’invasion de la zone 51 avait été supprimé par erreur

Une photo de l'enseigne d'un restaurant sur laquelle est dessiné un extraterrestre.

L'événement invitant les internautes à envahir la zone 51 était une simple blague à l'origine.

Photo : Getty Images / David Becker

Radio-Canada

Les 2 millions d’internautes ayant signifié leur intention d’envahir la base militaire surnommée la zone 51, dans le désert du Nevada, peuvent se réjouir : la page de leur événement a été remise en ligne par Facebook après avoir été supprimée par erreur, mardi.

L’organisateur du rassemblement, Matty Roberts, avait indiqué que la page de l'événement avait disparu du réseau social, samedi, parce qu’on avait enfreint les standards de la communauté.

Un représentant de Facebook a expliqué au site d’actualités spécialisé en technologie CNet qu’il s’agissait toutefois d’une erreur. La page de l’événement (Nouvelle fenêtre) est de nouveau accessible.

Plus de 2 millions de personnes ont indiqué vouloir participer à l’invasion de la zone 51 le 20 septembre prochain dans l’espoir d’y découvrir des extraterrestres ou des vaisseaux spatiaux provenant de planètes lointaines.

Une base militaire bien protégée

La zone 51 est une base militaire dont l’accès est hautement restreint. Elle est située dans le désert du Nevada, à environ 240 kilomètres au nord-ouest de Las Vegas. Ses activités étant classifiées, les rumeurs et légendes urbaines abondent pour tenter d’expliquer son existence, y compris certaines alléguant que les États-Unis y détiennent des extraterrestres.

Les hypothèses les plus crédibles semblent toutefois indiquer qu’elle sert à concevoir et à tester des technologies aéronautiques pour l’aviation militaire américaine.

L’US Air Force, la branche aérienne des forces armées américaines, a imploré le grand public d’abandonner son projet d’invasion de la zone 51, indiquant au Washington Post (Nouvelle fenêtre) qu’elle « était toujours prête à protéger l’Amérique et ses infrastructures ».

De nombreux panneaux entourant la base secrète somment les passants de faire demi-tour, sans quoi ils pourraient faire face à une peine d’emprisonnement d’un an et recevoir une amende de 5000 dollars américains.

Avec les informations de CNet, et BBC News

Réseaux sociaux