•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Crise du SRAS : un premier rapport voit le jour

Radio-Canada

L'étude recommande notamment l'investissement de 700 millions de dollars d'ici 2007 pour renforcer le système de santé canadien et rapporte les manquements du gouvernement ontarien pendant la crise.

Un premier rapport fédéral sur la crise du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) recommande l'investissement de 700 millions de dollars d'ici 2007 pour renforcer le système de santé canadien ainsi que la création d'un centre national sur les maladies infectieuses.

Cette étude, la première de trois, commandées par la ministre fédérale de la Santé, Anne McLellan, met aussi en lumière les manquements du gouvernement ontarien pendant la crise du SRAS.

Le rapport invite également les gouvernements à régler de toute urgence la grave pénurie de médecins et d'infirmières en santé publique, de microbiologistes ainsi que de spécialistes en prévention des infections. La Presse canadienne a obtenu copie du document qui sera publié dans la journée de mardi.

L'auteur de l'étude, le docteur David Naylor de l'Université de Toronto, a analysé les leçons qu'il faut tirer de cette épidémie qui a sévi surtout en Ontario.

L'OMS se prépare à un retour du SRAS

L'Organisation mondiale de la santé se prépare à un possible retour du SRAS en novembre. Selon l'OMS, des lacunes dans la sécurité des laboratoires médicaux en Chine ou des contacts avec des animaux sauvages contaminés, particulièrement en Asie du Sud-Est, pourraient provoquer une résurgence de la maladie.

Un comité consultatif de l'Organisatin doit se tenir à la fin du mois pour discuter de ces questions. L'OMS veut aussi se pencher sur la mise en place d'un test de dépistage fiable du SRAS.

Saviez-vous que...

  • L'épidémie a officiellement pris fin en juin dernier, après avoir causé la mort d'environ 800 personnes dans le monde.
  • Au Canada, en date du 3 septembre, on dénombrait un total de 438 cas; 251 probable (1 actif) et 187 suspect (0 actif).
  • En théorie, tout être humain peut contracter le syndrome respiratoire aigu sévère. Mais au Canada, la majorité des cas répertoriés se situaient entre l'âge de 25 et 70 ans.
  • Selon l'hypothèse la plus répandue dans la communauté scientifique, le SRAS est un virus probablement transmis à l'homme par des animaux.