•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Deux personnes arrêtées dans la foulée d'une fuite de données à Revenu Québec

Revenu Québec

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La Sûreté du Québec a arrêté deux personnes dans le cadre de son enquête sur la fuite de données personnelles d’employés de Revenu Québec.

Il s'agit d'une femme de 39 ans et d'un homme de 46 ans, tous deux de Québec.

L'enquête a débuté le 25 juillet à la réception d’informations de Revenu Québec indiquant qu’un membre du personnel était à l’origine d’un bris de confidentialité à l’égard de données personnelles d’employés de Revenu Québec, explique la SQ dans son communiqué.

L'enquête démontre que près de 23 000 personnes sont concernées. Il s'agit d'employés passés et actuels ainsi que d'employés travaillant comme prestataires de services pour Revenu Québec.

À l’heure actuelle, rien n’indique dans l’enquête interne que ces données auraient été utilisées à des fins malveillantes ni qu’elles auraient été vendues à des tiers, a indiqué pour sa part le PDG de Revenu Québec, Carl Gauthier, dans un communiqué de presse émis peu avant les arrestations.

Notons que l’employé avait légitimement accès à ces données dans l’exercice de ses fonctions, précise-t-il. Toutefois, en raison du bris de confidentialité à l’égard de données personnelles d’employés, Revenu Québec a immédiatement porté plainte à la Sûreté du Québec.

Les données fiscales et bancaires des citoyens et des employés ne sont pas compromises.

Geneviève Laurier, porte-parole de Revenu Québec

Les informations personnelles concernées viennent de bases de données administratives reliées aux ressources humaines. Pour la quasi-totalité des personnes touchées, les informations sont le nom, le prénom et le numéro d’assurance sociale. Dans un nombre très restreint de cas s’ajoute la date de naissance ou le salaire, indique l’agence.

Revenu Québec mentionne en outre que les personnes touchées par ce bris de confidentialité seront contactées par lettre dans les jours à venir. Des mesures d'accompagnement auprès des personnes concernées pourraient être déployées selon les résultats de l'enquête.

Je suis à l'emploi depuis 2000, et c'est la première fois que je vois une fuite aussi grosse que ça, a déclaré Christian Daigle, président général du Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec. Il croit que le niveau de protection des systèmes doit être augmentée.

Le ministre des Finances, Éric Girard, a dit pour sa part suivre le dossier de près. Le transfert, hors de lieux de travail, des renseignements de 23 000 employés, anciens et actuels, est très préoccupant,a-t-il souligné, avant de mentionner que Revenu Québec avait posé le bon geste en transférant le dossier à la SQ dès que le bris de confidentialité a été constaté grâce à son enquête interne.

Faits divers

Économie