•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillades : plus de sécurité promise pour les logements sociaux à Toronto

Photo d'un homme debout qui tient un micro devant des gens qui l'écoutent assis sur des chaises.

Le chef de police de Toronto Mark Saunders a rencontré mardi soir des résidents de logements sociaux au centre communautaire Falstaff.

Photo : CBC/Yan Jun Li

Radio-Canada

La Société d'habitation de Toronto (TCH) promet que des agents de sécurité patrouilleront de façon permanente ses immeubles de logements sociaux du secteur Jane-Falstaff dans le nord-ouest de la ville, à la suite d'une récente fusillade mortelle.

La communauté a été ébranlée au début août par la mort d'un adolescent de 16 ans, abattu dans la cage d'escalier d'un immeuble du complexe. Les policiers recherchent toujours trois suspects dans cette affaire.

En plus d'agents de sécurité permanents, le PDG de TCH, Kevin Marshman, s'est engagé lors d'une rencontre avec les résidents, mardi soir, d'améliorer l'éclairage dans le secteur et d'installer des caméras de surveillance capables de capter les numéros d'immatriculation des véhicules qui y circulent.

M. Marshman espère également mener un audit en collaboration avec les résidents en marchant autour du complexe pour identifier toute autre lacune en matière de sécurité.

Photo de deux véhicules de police blancs, bleus et rouges stationnés devant un immeuble en briques de plusieurs étages, le soir.

La police recherche toujours trois suspects, à la suite de la fusillade mortelle qui a touché le complexe de l'avenue Falstaff, le 1er août.

Photo : CBC/Jeremy Cohn

Vague de fusillades

Les complexes de logements sociaux de la Société d'habitation ont été le théâtre de plusieurs fusillades au cours de l'été, mais pour M. Marshman, c'est le reflet de la vague de violence armée qui touche l'ensemble de la ville actuellement.

Le maire de Toronto, John Tory, dit que la Ville fait « tout » ce qui est possible pour enrayer ces fusillades, alors que certains l'accusent de ne pas investir suffisamment dans les programmes sociaux pour les jeunes à risque.

Pas moins de 17 personnes ont été blessées par balles dans la Ville Reine lors du dernier long week-end.

Collaboration avec la police

De son côté, le chef de police Mark Saunders a profité de la rencontre, mardi soir, avec des résidents du complexe de logements sociaux du secteur Jane-Falstaff pour demander « l'aide » de la communauté.

SVP, collaborez avec nous, a-t-il dit. Tous les homicides sont résolus grâce à l'aide de témoins, des gens qui sont assez braves pour dire : "voici ce que j'ai vu et ce qui se passe".

Deeqa Alivarre, une tante de la victime de la fusillade du début août, pense que des caméras devraient être installées dans tous les couloirs et les ascenseurs des immeubles du complexe.

Mon neveu Hanad était un enfant merveilleux, a-t-elle raconté. Je ne veux pas que les gens croient qu'il était un garnement et que c'est pour ça que ça lui est arrivé.

Sa soeur Fadouma, qui habite maintenant aux États-Unis, affirme que le niveau de sécurité s'est détérioré dans les immeubles de logements sociaux de Toronto. Les jeunes doivent constamment regarder par-dessus l'épaule maintenant, a-t-elle affirmé. On vient d'un pays en guerre; on ne veut pas vivre une autre guerre.

Avec les informations de CBC News

Toronto

Crimes et délits