•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Haine en ligne : le propriétaire de 8chan appelé à témoigner devant le Congrès

Un homme prie devant un mémorial destiné aux victimes de la fusillade d'El Paso.

Trois jours après la fusillade qui a fait 22 morts à El Paso, de nombreuses personnes continuent de se recueillir sur le lieu de la tragédie.

Photo : Reuters / Callaghan O'Hare

Radio-Canada

L'avenir du forum de discussion 8chan s'est de nouveau assombri mardi. Le site Internet est encore une fois devenu orphelin, faute d'hébergeur, et son propriétaire a été incité à témoigner devant le Congrès américain après que le portail Web eut été associé à la tuerie survenue le week-end dernier, à El Paso, au Texas.

Le comité de la Chambre des représentants sur la sécurité nationale a ainsi exigé que le propriétaire Jim Watkins, un Américain vivant aux Philippines, témoigne à propos des efforts de sa plateforme pour s'attaquer à la « prolifération du contenu extrémiste, y compris le contenu suprématiste blanc ».

Le président du comité, le démocrate Bennie Thompson, et Mike Rogers, le républicain le plus haut gradé à ce même comité, ont envoyé une lettre à M. Watkins dans laquelle ils notent que le massacre survenu dans un Walmart d'El Paso « représentait au moins le troisième acte de violence suprémaciste blanc lié à votre site, cette année ».

Les Américains méritent de savoir si, en tant que propriétaire et opérateur du site, vous faites quoi que ce soit pour contrer la prolifération des contenus extrémistes sur 8chan.

Extrait de la lettre envoyée par Bennie Thompson et Mike Rogers

8chan était hors ligne, mardi, après que le fournisseur Internet Epik, sis à Seattle, est devenu la plus récente entreprise à couper les ponts avec la plateforme. Dans une déclaration, le président d'Epik, Rob Monster, a évoqué des craintes liées « au respect déficient des normes » par le controversé site et « la possibilité continue de radicalisation violente ».

Samedi, un tireur a ouvert le feu dans la ville majoritairement hispanique d'El Paso, tuant 22 personnes dans un magasin Walmart. Les autorités ont évoqué l'existence d'un manifeste violemment anti-immigrants, qui aurait apparemment été publié sur 8chan par le suspect, comme preuve que le massacre était motivé par des considérations raciales.

Des clients peu recommandables

Après la fusillade, la firme de cybersécurité CloudFlare a cessé d'offrir ses services à 8chan, poussant le forum à retenir lundi les services d'Epik. En réaction, le propre fournisseur d'infrastructures numériques de l'hébergeur, Voxility, a préféré retirer ses billes.

Epik héberge toujours le site web néonazi Daily Stormer et le site Gab, ainsi qu'Infowars, un site géré par le théoricien du complot Alex Jones.

Le président d'Epik a confié à Reuters que l'anonymat garanti sur 8chan le plaçait à part des autres sites. « Personne n'a d'intérêt à être imputable, puisque l'on vous offre constamment une nouvelle personnalité », a-t-il dit.

Fredrick Brennan, qui a créé le site en 2013, a réclamé sa fermeture. « Si je pouvais remonter dans le temps et ne pas le créer du tout, je le ferais probablement », a-t-il indiqué à Reuters lors d'une entrevue, en évoquant le monstre de Frankenstein.

À 8chan, M. Watkins n'a pas voulu commenter, mais a plutôt redirigé Reuters vers une vidéo publiée mardi.

Dans la vidéo en question, M. Watkins affirme que « son entreprise collabore pleinement avec les autorités », et que 8chan « n'a jamais protégé des déclarations illégales, comme nous en avons été accusés par des journalistes peu crédibles ».

« 8chan est une feuille de papier vierge sur laquelle il est possible d'écrire. Je suis abasourdi de voir la vitesse à laquelle [le site] peut être débranché », a poursuivi M. Watkins.

Celui-ci soutient par ailleurs que le manifeste évoqué par les autorités a d'abord été publié sur Instagram, puis mis en ligne sur 8chan. « Mais pas par le tireur... Je ne sais d'ailleurs pas s'il l'a écrit ou non », a-t-il ajouté.

Du côté de Facebook, qui possède la plateforme Instagram, une porte-parole a fait savoir que « rien ne venait étayer cette théorie ». Facebook a désactivé le compte du présumé auteur de la fusillade, compte qui n'était plus actif depuis un an, a ajouté la porte-parole en question.

Avec les informations de Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !