•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un premier service de funérailles en ligne lancé dans les Maritimes

Une cérémonie funéraire sur un cellulaire.

Les proches qui ne peuvent se rendre à la cérémonie peuvent la regarder en direct sur leur ordinateur, leur tablette ou même sur leur téléphone intelligent.

Photo : Radio-Canada

Francis Pilon

À l'ère du numérique, le web s'invite de plus en plus sur le marché de la mort. Une compagnie a même lancé, la semaine dernière, un premier service de funérailles en ligne dans les Maritimes.

Cory Stephens, président de la compagnie Forget Me Not Ceremonies, connaît les effets du deuil à distance.

Il y a quelques années, sa mère se préparait à mourir d'un cancer au Nouveau-Brunswick. Au même moment, à 1500 km de chez lui, l'un de ses bons amis est décédé subitement.

Je me suis mis à réfléchir à comment tout cela pouvait changer et à pourquoi j'étais dans cette situation. Lorsqu'on met tous ces éléments ensemble, la technologie est la seule bonne réponse.

Le président de Forget Me Not Ceremonies, Cory Stephens
Cory Stephens en entrevue dans un cimetière.

Cory Stephens, président de la compagnie Forget Me Not Ceremonies.

Photo : Radio-Canada

Il a alors décidé de créer sa propre compagnie spécialisée dans la retransmission en direct de cérémonies funéraires qui se déroulent dans les églises et les salons spécialisés dans ce domaine.

Il y a des personnes qui disent que c'est la meilleure chose qu'ils ont vue et que c'est incroyable. D'autres gens disent que ce n’est pas pour eux, c'est trop public. C'est une chose à conserver privée, affirme le vice-président de Forget Me Not Ceremonies, Jason Embleton.

Selon lui, le temps donnera raison à son entreprise et cette technologie sera banale dans quelques années.

C'est comme la crémation. Par exemple, il y a 10 ans, en Colombie-Britannique, 5 % des personnes se faisaient incinérer. Alors qu'aujourd'hui, c'est rendu à 90 %. Les mentalités changent, explique M. Embleton.

Plusieurs clients potentiels

Pour un minimum de 450 $, l'entreprise envoie une caméra à un salon funéraire. La famille endeuillée peut ensuite partager le lien de diffusion avec des proches du défunt qui souhaitent regarder les funérailles en direct sur Internet.

Sur cette page web, les internautes peuvent commenter, signer un livre numérique, partager des photos et même envoyer de l'argent aux proches qui organisent l'événement.

On s'occupe de rassembler tous ces éléments dans un livre de condoléances et de l'imprimer pour la famille, indique Jason Embleton.

Le vice-président de Forget Me Not Ceremonies, Jason Embleton, présente un livret.

La compagnie rassemble les commentaires déposés en ligne et les imprime dans un livret pour la famille du défunt.

Photo : Radio-Canada

Forget Me Not Ceremonies souhaite cibler des clients endeuillés qui vivent loin de leurs proches. Les personnes immigrantes, par exemple, pourraient ainsi profiter d'un service de funérailles en direct sur le web pour leurs proches à l'étranger.

Selon la maison funéraire Bishop's, à Fredericton, la retransmission des cérémonies en direct est un service de plus en plus demandé par ses clients.

Beaucoup de familles sont désormais en dehors du Nouveau-Brunswick et elles ne peuvent pas se rendre [aux] services. Quelques familles nous ont déjà approchés pour ça.

L'embaumeur de Bishop's Funeral Home, Éric Ouellette

C'est la continuité des choses, poursuit-il. Tout le monde est dans les réseaux sociaux et en ligne. C'était une question de temps avant que cela arrive.

Plus de 7000 personnes meurent chaque année au Nouveau-Brunswick. Ce nombre augmente constamment au fil du temps, selon Statistique Canada.

Le marché de la mort sur Internet a donc de beaux jours devant lui , soulignent les fondateurs de l'entreprise.

Nouveau-Brunswick

Économie