•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Dave Leduc, heureux de son 5e titre mondial de lethwei, espère être invité au parlement

Dave Leduc célèbre en tenant sa ceinture.

Dave Leduc célèbre son titre.

Photo : SB FIGHT PHOTOGRAPHY

Kim Vallière

Dave Leduc a conquis un nouveau titre mondial de lethwei, vendredi dernier, en moins de cinq minutes. La notoriété du Gatinois d'origine — tant au Myanmar et qu'à travers le monde — est telle qu'il se promène maintenant avec un garde du corps équipé d'une arme automatique.

Son combat contre Seth Baczynski, un vétéran de l'UFC, s'est terminé avec quelques secondes à faire au 2e round, lorsque le Polonais a visité le tapis pour une quatrième fois. Ce dernier a lui-même décidé d'arrêter l'affrontement, après avoir été atteint d'un coup de coude à l'oreille gauche qui l'a laissé ensanglanté.

On est allés ensemble à l'infirmerie après et il était pas mal défiguré, lance Leduc, qui s'en est tiré avec une jointure enflée, souvenir d'un coup de poing asséné à Baczynski. J'ai donné tout ce que j'avais sur ce punch-là, ça a été le début de la fin pour lui.

En remportant son duel, Leduc est devenu le champion des poids lourds-légers de la World Lethwei Championship (WLC), son cinquième titre mondial en lethwei (ou boxe birmane), le sport reconnu comme étant le plus violent sur la planète. Les combattants s'y affrontent à mains nues et tous les coups sont permis, y compris ceux avec la tête.

Dave Leduc montrant sa ceinture et des billets de banque.

Dave Leduc présente sa ceinture et la cagnotte qu'il a remportée.

Photo : Gracieuseté de Dave Leduc

Le combat s'est déroulé à Mandalay, la deuxième plus grande ville du Myanmar. Il était mis sur pied par la WLC, une nouvelle organisation qui a une entente de diffusion notamment avec l'UFC, ce qui a permis à un plus large public de s'intéresser à la discipline.

Je n'ai jamais eu autant de monde qui m'a écrit, qui l'a regardé en direct. Les gens se sont levés à 5 h ou 6 h du matin pour être certains qu'ils ne manquent aucun combat, explique le natif de l'Outaouais.

Plus de 25 millions de personnes ont regardé le combat au Myanmar, un pays qui compte une population de 53 millions d'habitants. Leduc est devenu une figure populaire dans les dernières années dans cette nation de l'Asie du Sud-Est, au point où il doit avoir recours à un garde du corps depuis son dernier combat pour lui permettre de vaquer à ses occupations.

Ce sont les promoteurs qui nous offrent ça. [...] Ils insistent et ils ont des AK-47. Ce n'est vraiment pas nécessaire, parce que les Birmans sont tellement gentils, tellement polis et humbles, raconte-t-il en entrevue vidéo avec Radio-Canada, pendant une pause dans un salon de tatouage au Myanmar.

L'athlète de 27 ans termine une série d'inscriptions traditionnelles sur ses jambes avant de quitter l'Asie. Il doit encore se soumettre à une quinzaine d'heures d'une expérience que même le dur à cuire juge douloureuse.

Un retour à Gatineau en septembre

Après avoir quitté le Myanmar, Leduc et sa femme, Irina Terehova, prendront le chemin de la Jordanie pour visiter le site historique de Pétra, avant de se rendre à Chypre, où le couple déménage. On s'en va se cacher, mentionne-t-il en riant, en référence à son bain de foule quotidien lorsqu'il se trouve en territoire birman.

Il sera de retour chez lui, à Gatineau, en septembre dans le cadre d'une tournée mondiale d'ateliers pour enseigner le lethwei, mais aussi et surtout pour pouvoir montrer la ceinture de champion de la WLC à ses proches... et au premier ministre du Canada. Il espère être invité au parlement.

Je veux aller au parlement. Si les joueurs de hockey y vont, je ne vois pas pourquoi je ne pourrais pas le faire.

Dave Leduc, champion du monde de lethwei

Je sais qu'au Canada, on n'est pas un pays de combat, on est des bûcherons tough, mais il y a tellement de gens qui pratiquent des sports de combat et je suis tellement fier de représenter mon pays outre-mer... ça me ferait vraiment plaisir d'avoir cette plate-forme-là, dit celui qui ne prévoit pas se battre à nouveau avant le début de 2020.

Les promoteurs devront d'abord trouver un combattant qui voudra se mesurer au premier champion étranger de boxe birmane. C'est difficile de trouver des gars qui ont les couilles de se battre. Moi, n'importe qui me ferait plaisir, comme des anciens de l'UFC, parce que les gens les connaissent. Donc, c'est bon pour la notoriété du lethwei. J'ai aussi dit à la WLC que ça me ferait plaisir de me battre contre des champions thaïlandais, conclut Leduc.

Ottawa-Gatineau

Boxe