•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Mieux comprendre les ours polaires et les changements climatiques

Un ours polaire au bord d'un lac.

L'ours polaire Taïga au bord d'un lac sur le terrain de l'Habitat de l'ours polaire de Cochrane, en Ontario.

Photo : Heather Brouwer

Radio-Canada

La présence de deux ours polaires supplémentaires à l’Habitat de l’ours polaire de Cochrane, en Ontario, permet d’approfondir les connaissances sur l’espèce.

Arrivés à la fin du mois de février, les ours polaires Eddy et Taiga sont hébergés à l’Habitat de l’ours polaire de Cochrane jusqu'en décembre pour permettre des rénovations majeures à leur enclos de l'Aquarium de Québec. Ils s'ajoutent à trois ours gardés en permanence au centre : Ganuk, Inukshuk et Henry.

Ça ajoute beaucoup d'informations sur le comportement des ours, en particulier dans un nouvel environnement.

Michael Honeth, directeur général de l'Habitat de l'ours polaire

Les deux résidents temporaires se sont adaptés rapidement à leur nouvel environnement plus spacieux.

Une homme debout devant des sculptures et peintures d'ours.

Le directeur général de l'Habitat de l'ours polaire de Cochrane, Michael Honeth, veut prioriser la recherche et la formation au sujet des ours polaires et des changements climatiques.

Photo : Radio-Canada / Francis Bouchard

Depuis la semaine dernière, ils peuvent se déplacer à l’intérieur d’une nouvelle zone comprenant l’accès à un lac. Un don anonyme a permis de créer une porte qui leur permet d'accéder à ce nouvel espace.

Ours polaires et changements climatiques

M. Honeth mentionne que l'Habitat de l'ours polaire veut prioriser la recherche et la formation au sujet des ours polaires et des changements climatiques.

Le travail est déjà amorcé avec le lancement d’un programme de bénévoles internationaux.

C’est un programme de formation pour ceux qui veulent avoir plus de renseignements, plus de formation au sujet des changements climatiques, des ours polaires et de leur environnement. L’an prochain, nous espérons développer notre portfolio de recherche, affirme M. Honeth.

Le directeur général espère que la nouvelle direction permettra à l’Habitat de l’ours polaire de développer de nouvelles sources de revenus afin de rentabiliser ses activités.

Diminution du nombre de visiteurs

Malgré la présence des deux nouveaux ours, le directeur général de l’Habitat de l’ours polaire, Michael Honeth, admet que le nombre de visiteurs est légèrement à la baisse cet été.

Le tourisme est un peu plus bas que l’année dernière, mais les deux ours ont permis d'attirer de nouvelles personnes, affirme-t-il.

Animaux

Environnement