•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des communautés autochtones cessent la pêche dans le fleuve Fraser pour sauver le saumon

Des saumons sockeye dans la rivière Adams, près du lac Shuswap, dans le sud de l'intérieur de la Colombie-Britannique.

Le grand chef Edward John, du Sommet des Premières Nations, croit que des mesures d'urgence s'imposent pour sauver les saumons du fleuve Fraser.

Photo : Radio-Canada / Briar Stewart

Geneviève Lasalle

Face à la barrière rocheuse qui freine actuellement des milliers de saumons en pleine période de montaison dans les eaux du fleuve Fraser, en Colombie-Britannique, des communautés autochtones aux abords du cours d'eau ont décidé de leur plein gré de ne pas y pratiquer la pêche.

Cette mesure collective volontaire vise à sauvegarder le saumon quinnat, un poisson emblématique dont le déclin préoccupant est aggravé dans la région par un éboulement détecté en juin dernier. Pour le grand chef Edward John, du Sommet des Premières Nations, il s'agit d'un désastre naturel complet qui requiert des mesures d’urgence.

Un homme en conférence de presse.

Le Grand Chef Edward John, du Sommet des Premières Nations estime que des mesures d’urgence s’imposent pour aider à la conservation du saumon dans la région.

Photo : Radio-Canada

Nous sommes directement touchés, car nous ne pourrons pas avoir accès à de la nourriture pour des activités sociales ou cérémoniales.

Grand chef Edward John, du Sommet des Premières Nations

Une course contre la montre

Des saumons sont étiquetés dans le fleuve Fraser.

Seize ingénieurs manipulent des roches afin de créer un passage naturel pour les saumons.

Photo : Province de la C.-B.

Les communautés autochtones se sont associées aux gouvernements provincial et fédéral pour redoubler d'efforts et ainsi faciliter le passage des 97 000 saumons bloqués dans le fleuve Fraser.

En pleine saison de montaison, ce nombre atteindra bientôt 2 millions, selon le ministère des Pêches et des Océans du Canada.

Il y a une urgence claire, et nous travaillons dans un délai très serré.

Jonathan Wilkinson, ministre des Pêches, des Océans et de la Garde côtière canadienne

En tout, 16 ingénieurs sont à l’oeuvre pour manipuler la roche, espérant ainsi créer un passage naturel pour les saumons. Deux hélicoptères en activité quotidienne ont réussi à sauver près de 5000 poissons jusqu’à présent, mais cette méthode a des résultats limités, selon le ministre. 

Tŝilhqot’in déclare l'état d'urgence

Par ailleurs, la Première Nation de Tŝilhqot’in a déclaré l’état d’urgence régional mardi, disant que la zone d’effondrement constitue une menace immédiate pour les pêcheries de saumon quinnat et de saumon rouge. Elle estime que l’éboulement dans le fleuve Fraser a des effets directs sur l’une des principales sources de nourriture de ses membres.

Nous devons protéger tous les poissons qui retournent dans le fleuve Fraser [pour qu'ils puissent] se rendre dans leurs frayères.

Joe Alphonse, chef de la Première Nation de Tŝilhqot’in

Colombie-Britannique et Yukon

Chasse et pêche