•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le plasma froid facilite la guérison des brûlures

Du plasma froid

Cette bobine génère une haute tension qui crée un champ électrique suffisant pour ioniser l’air et générer un plasma froid

Photo :  Laboratoire de Physique des Plasmas/Barande Jérémy

Radio-Canada

L’effet bénéfique du plasma froid sur la cicatrisation des greffes de peau après une brûlure a été montré par une équipe de scientifiques français.

L’ingénieure biomédicale Constance Duchesne et ses collègues du Laboratoire de physique des plasmas ont montré qu’une peau greffée après une brûlure au troisième degré soumise à de faibles doses de plasma froid cicatrise plus vite grâce à une meilleure génération de nouveaux vaisseaux sanguins dans le greffon.

La technique de la greffe est actuellement la plus utilisée pour reconstituer la peau endommagée par de graves brûlures sur une grande partie du corps.

Repères

  • Pas moins de 800 personnes meurent chaque année dans le monde à la suite de brûlures au troisième degré.
  • Au Canada, environ 4500 personnes sont hospitalisées chaque année pour des brûlures.
  • La cause la plus fréquente est d’origine thermique (comme de l’eau chaude) suivie des blessures de nature électrique et chimique.
Un dispositif génère du plasma froid dans le creux d'une main.

Un dispositif génère des « balles » de plasma froid à très longue distance, ce qui permettrait de l'utiliser pour traiter des parties du corps difficiles d’accès.

Photo : GREMI

Les plasmas froids

Les plasmas froids sont de plus en plus utilisés en médecine, pour l’éclairage, et représentent un espoir pour la propulsion des vaisseaux spatiaux.

Dans le domaine médical, ils peuvent, entre autres, être utilisés en cancérologie et pour désinfecter des plaies et faciliter leur cicatrisation.

Ces plasmas sont composés de gaz partiellement ionisés, c’est-à-dire qu’une partie de leurs atomes et molécules ont perdu leurs électrons à la suite d’un apport en énergie. Ils sont produits facilement par des appareils médicaux en appliquant un courant électrique à un gaz.

Le plasma est produit directement au contact du tissu vivant ou en amont d’un jet de gaz. À l’interface entre l’appareil et l’air libre, les électrons énergétiques vont permettre de former des oxydants et des ions.

Dans la présente étude, la source plasma a généré une décharge électrique dans un flux d’hélium. Cela crée, au contact de l’air, des composés chimiques comme l’oxyde nitrique, reconnu pour faciliter la cicatrisation de la peau.

Les chercheurs pensent que le plasma permet une meilleure cicatrisation en augmentant la disponibilité de l’oxyde nitrique dans les cellules traitées.

Cette plus grande présence de l’oxyde pourrait avoir deux sources :

  • Le plasma lui-même
  • Les cellules traitées

Ces travaux montrent en effet qu’un traitement au plasma active une protéine permettant la production de l’oxyde nitrique par les cellules. Toutefois, la raison de cette plus grande présence pourrait s’expliquer autrement, notamment par le champ électrique produit par le plasma.

D’autres travaux pourraient aider à le déterminer.

Le détail de ces travaux est publié dans The Journal of Pathology (Nouvelle fenêtre) (en anglais).

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Santé

Science