•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Oka demande un moratoire et un corps de police distinct à Kanesatake

Pascal Quevillon s'exprimant au micro.

Le maire Pascal Quevillon a tenu mardi une rencontre destinée à ses citoyens, la première depuis l'éclatement de l'actuelle crise avec Kanesatake.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Oka demande aux gouvernements fédéral et provincial d'imposer un moratoire sur le projet de rétrocession de terres aux Autochtones et de déployer un poste de la Gendarmerie royale du Canada afin de ramener l'ordre à Kanesatake.

Ces deux demandes sont incluses dans une liste de requêtes formulées dans trois résolutions adoptées mardi soir par le conseil municipal d'Oka.

L'administration du maire Pascal Quevillon tenait sa première séance publique depuis le début de la controverse qui l'oppose au conseil de bande de Kanesatake autour de terrains qu'un promoteur souhaite donner à la communauté mohawk.

Les trois résolutions adoptées en début de séance sont respectivement adressées au gouvernement fédéral de Justin Trudeau, au gouvernement provincial de François Legault et au Conseil mohawk de Kanesatake du grand chef Serge Otsi Simon.

Tout au long de la lecture des résolutions ainsi que lors de la période d'échanges avec les citoyens qui a suivi l'adoption des demandes de la Municipalité, le maire Quevillon a rappelé à quel point la communauté okoise est soucieuse d'une cohabitation harmonieuse avec la communauté mohawk.

À ce sujet, Oka interpelle Ottawa pour qu'il mette en place un processus de consultation qui tiendrait compte des préoccupations de ses citoyens autant que de celles des résidents de Kanesatake.

L'administration du maire Quevillon voudrait aussi avoir accès aux plans des terrains visés par la négociation entre le fédéral et les Mohawks. Des terrains que la communauté autochtone veut pouvoir acheter de gré à gré.

Pour le maire, le gouvernement fédéral et les Mohawks préparent une expropriation déguisée des résidents d'Oka.

Ils donnent de l'argent aux Autochtones pour nous racheter et annexer les terrains à leur territoire, a-t-il dénoncé en parlant de la possibilité d'une compensation financière versée par Ottawa aux Mohawks afin de leur permettre de procéder ensuite aux transactions de gré à gré.

Malgré tout, dans la déclaration officielle adoptée à l'intention du Conseil mohawk de Kanesatake, la Municipalité souligne que la population est animée d'une volonté de dialogue.

Au cours de la période de questions, certains citoyens ont suggéré aux élus de s'adresser aussi aux autres groupes qui prétendent parler au nom de Kanesatake, dont les traditionalistes associés à la maison longue. Le maire a répondu que la Ville d'Oka parlait avec l'entité reconnue qui est le Conseil mohawk et qu'elle ne voulait pas manquer de respect au grand chef Simon.

La GRC est nécessaire, dit le maire

Le maire Pascal Quevillon insiste sur la nécessité de déployer un corps de police distinct à Kanesatake et, selon lui, c'est la GRC qui est la mieux placée.

Il estime essentiel qu'un service de police rétablisse la paix et s'assure du respect de la loi dans la communauté autochtone. M. Quevillon fait notamment référence à la présence de commerces illégaux de vente de cannabis.

Selon lui, c'est le seul moyen de permettre aux deux communautés d'aller de l'avant et de travailler conjointement au développement économique de Kanesatake et d'Oka.

En entrevue à RDI mercredi matin, le grand chef Serge Otsi Simon dit ne pas voir d'un bon œil la proposition de déployer la GRC à Kanesatake. « C’est juste une recette pour créer plus de tension et de discorde », a-t-il avancé, plaidant plutôt pour une solution qui soit le fruit de la seule volonté mohawk pour y rétablir l’ordre.

Il estime par ailleurs, de façon générale, que le maire « n’a pas d’affaire dans nos affaires de terres et de revendications », tout en affirmant vouloir travailler en harmonie avec les Okois.

Par ailleurs, si le grand chef Serge Otsi Simon réclamait des excuses du maire pour des propos qu'il avait qualifiés de racistes, il devra encore attendre.

En réponse à la question d'un citoyen qui lui demandait d'offrir ses excuses pour permettre de relancer les discussions dans l'intérêt de tous, M. Quevillon a laissé le choix aux citoyens présents. Ceux-ci ont clairement répondu « non » à très forte majorité.

Des « propos dangereux », juge Ottawa

Les propos du maire d’Oka ont fait sursauter le secrétaire parlementaire de la ministre des Relations Couronne-Autochtones à Ottawa, Marc Miller.

Il faut vraiment souligner le fait que de ''donner de l’argent aux Autochtones et d’acheter des terres'', ce ne sont pas le genre de propos qu’on peut appuyer. Ce sont des propos très dangereux. C’est un processus très complexe. On n’est pas sortis du bois. Un processus qui doit se faire et doit se ventiler doit se ratifier, d’autant plus dans la communauté, par le peuple de Kanesatake, au final, a-t-il déclaré en entrevue à Radio-Canada.

Le député libéral a dit que le gouvernement Trudeau allait s’investir dans le dossier pour aider les deux parties à conclure cette entente privée, car il est « la clé de leur succès ».

On est prêt à intervenir, mais ce ne sont pas des choses qui sont faites du jour au lendemain. Quand j’entends des propos comme ''moratoire'', cela me dérange, parce que si vous pensez au peuple de Kanesatake, il se sent depuis 29 ans lui-même en moratoire. Pour moi, c’est un cri pour faire cesser les pourparlers qui sont très productifs. Ce n’est pas quelque chose dont nous cesserons simplement, parce que nous sommes interpellés par le maire d’Oka, a-t-il affirmé.

Marc Miller dit aborder cette affaire pour le moins sensible et complexe avec finesse.

Les enjeux à Kanesatake, ce n’est pas quelque chose de nouveau. Mais c’est quelque chose que nous devons traiter avec beaucoup de délicatesse en raison des revendications qui existent depuis fort longtemps, depuis des décennies, et le fait que la Sûreté du Québec ne se sente pas bienvenue dans la communauté, a-t-il dit.

Le secrétaire parlementaire lance un appel au calme : Les gens qui crient à la sécurité immédiate, ce sont des gens qui se précipitent vers quelque chose dont on ne veut pas du tout. Donc, il est important de rester très calme, très mesuré dans ce genre de situation et d’avoir cette consultation avec la communauté.

Avec les informations de La Presse canadienne

Grand Montréal

Autochtones