•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un nombre croissant de jeunes apprennent les langues autochtones en Colombie-Britannique

Un panneau routier bilingue.

En Colombie-Britannique, il existe 34 langues autochtones distinctes, selon Aliana Parker, du Conseil culturel des peuples autochtones.

Photo : Reuters / Andy Clark

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le Conseil culturel des Premières Nations se réjouit de constater qu'un nombre grandissant de jeunes apprennent des langues autochtones en Colombie-Britannique.

La responsable des programmes linguistiques de l'organisme situé sur l'île de Vancouver, Aliana Parker, juge que « les efforts considérables » pour revitaliser les langues portent des fruits. Depuis 2014, le nombre de personnes de 24 ans et moins qui parlent couramment une langue autochtone a plus que doublé.

« On a également constaté une augmentation du nombre d'apprenants en langues, en particulier des jeunes. »

— Une citation de  Aliana Parker, responsable des programmes linguistiques du Conseil culturel des peuples autochtones

Selon le rapport du Conseil culturel des peuples autochtones, environ 78 % des apprenants de ces langues ont moins de 25 ans. Des données qui suscitent l'espoir, selon Mme Parker.

Des programmes couronnés de succès

Une fille est couronnée Princesse 2020.

Les programmes immersifs de « nids linguistiques » destinés aux enfants de moins de 5 ans du nord de la Colombie-Britannique contribuent à cette tendance croissante, selon Aliana Parker.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

Aliana Parker cite les programmes d'immersion dans certaines écoles de l'île de Vancouver et les programmes immersifs de « nids linguistiques » destinés aux enfants de moins de 5 ans du nord de la Colombie-Britannique comme des exemples d’initiatives fructueuses.

D'autres, comme les programmes destinés aux adultes dans l'Okanagan, connaissent également du succès, dit-elle.

« La revitalisation de la langue est un travail très complexe qui ne se fera pas du jour au lendemain, mais il y a beaucoup de travail qui est fait. »

— Une citation de  Aliana Parker, responsable des programmes linguistiques du Conseil culturel des peuples autochtones

Un riche héritage linguistique

Un membre de la Nation Squamish danse lors du Pow Wow à West Vancouver.

Un membre de la Nation Squamish danse lors du Pow Wow à West Vancouver.

Photo : Radio-Canada / Maggie MacPherson

En Colombie-Britannique, il y a 34 langues autochtones distinctes, selon Aliana Parker, mais seulement 3 % de la population des communautés des Premières Nations les parlent couramment. Ce nombre tend à diminuer avec le vieillissement de la population.

Aliana Parker estime que plus de 150 ans de politiques ayant délibérément pour objectif d'éteindre ces langues ont gravement menacé la vitalité de toutes les langues autochtones de la Colombie-Britannique. Mais on a bon espoir que la tendance s'inverse, dit-elle.

Les langues au sein d'une famille linguistique pourraient être aussi comparables entre elles que l'italien et l'espagnol, explique-t-elle, mais les langues de familles différentes peuvent être aussi dissemblables que le coréen et l'anglais.

« Ce sont les langues originales de ce pays et elles ne sont parlées nulle part ailleurs dans le monde. »

— Une citation de  Aliana Parker, responsable des programmes linguistiques

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !