•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La lutte contre la « tordeuse » commence au sud du lac Kénogami

Un homme qui coupe un arbre.

Des travailleurs forestiers vont abattre des arbres dans le sud du lac Kénogami. ( archives)

Photo : Radio-Canada / Rémi Tremblay

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2019 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Des travailleurs forestiers prendront d'assaut le sud du lac Kénogami dans les prochaines semaines afin d'enrayer la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Ils procéderont à des coupes massives pour éviter que cet insecte ne continue de se propager.

Au Saguenay-Lac-Saint-Jean, la tordeuse des bourgeons de l'épinette touche quatre fois plus de territoire en 2019 qu'en 2012.

Elle fait plus particulièrement des ravages dans le secteur du lac Kénogami. Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a d’ailleurs choisi d’entreprendre la coupe des arbres touchés, après 14 rencontres avec les résidents du secteur.

Ce sont près de 1200 villégiateurs et résidents permanents qui sont touchés. Les porte-paroles de l'Association de la protection du lac Kénogami n'ont pas retourné les appels de Radio-Canada.

C'est un plan qui va se dérouler sur une période de deux ans. On parle d'une récolte de 675 000 mètres cubes de bois : 80 % des résineux et 20 % des feuillus. Donc, uniquement cette année, on parle d'environ 380 000 mètres cubes de bois.

Une citation de :Nicolas Bégin, porte-parole du ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

La seule façon d'enrayer une épidémie de tordeuse est d'abattre les arbres atteints.

Un papillon de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur une branche

Un papillon de la tordeuse des bourgeons de l'épinette sur une branche.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Mageau

Des travailleurs vont donc essayer de couper le bois qui a encore une certaine valeur forestière.

Il faut aller le récolter avant justement que ce bois, qui a encore une valeur de transformation, ne soit plus bon. Le plan de match derrière tout ça, c'est qu'il faut le faire dans un certain laps de temps sinon le bois ne sera plus utilisable, explique Nicolas Bégin.

Après les coupes, le ministère procédera à un reboisement afin de faciliter la régénération de la forêt du lac Kénogami.

Selon le reportage de Mélissa Savoie-Soulières

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !