•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les citoyens opposés au projet de Gazoduq promettent un « automne chaud »

Des tuyaux servant à créer des conduites souterraines sont empilées.

Des conduites souterraines semblables à celles-ci seront installées par Gazoduq.

Photo : gracieuseté Gazoduq

Thomas Deshaies

Des groupes de citoyens de l'Abitibi-Témiscamingue promettent un automne ponctué d'actions et de mobilisations contre le projet de pipeline de l'entreprise Gazoduq.

Des représentants provenant de six municipalités de l'Abitibi-Témiscamingue (Senneterre, Belcourt, La Motte, Amos, Rouyn-Noranda et Val-d'Or) se sont réunis la semaine dernière afin de jeter les bases d'une stratégie de lutte commune.

Ce qu'il y a de nouveau, c'est que les groupes se sont assis autour d'une même table pour coordonner à moyen et à long terme une convergence nationale et régionale, se réjouit le militant valdorien Nicholas Ouellet, qui s'exprime au nom des groupes. Selon lui, la lutte prendra une tout autre envergure.

L'automne sera chaud. Il va se passer beaucoup de choses.

Nicholas Ouellet

Cette convergence a notamment pour objectif de bloquer le projet de Gazoduq et d'offrir un soutien aux citoyens qui pourraient être impactés par le projet. Les comités citoyens veulent d'ailleurs offrir un service de soutien aux propriétaires terriens qui refusent de coopérer avec Gazoduq et ses sous-traitants. On a l'intention de développer des stratégies pour leur offrir un soutien important, explique M. Ouellet.

Nicholas Ouellet n'a toutefois pas voulu donner de détails sur la nature des actions à venir, mais promet que des annonces seront faites ultérieurement. Les citoyens souhaitent que les candidats aux élections fédérales prennent position officiellement durant la campagne.

Mise au courant de la situation, l'entreprise Gazoduq a préféré ne pas accorder d'entrevue sur le sujet.

Par courriel, la porte-parole de l’entreprise, Marie-Christine Demers, a affirmé que depuis le début, nous nous sommes engagés à écouter et répondre aux questions et préoccupations et nous travaillons dans le but de réduire les impacts et de maximiser les retombées positives du projet. Nous poursuivons nos efforts en ce sens, en multipliant les occasions d’échange avec la communauté notamment par l’ouverture d’un bureau en Abitibi et la poursuite d’activités de consultation qui prendront différentes formes dans les prochains mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Ressources naturelles