•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le GP3R se souvient de ses grands disparus

Des photos de Gerry Rochon et un cahier de notes signé par plusieurs personnes

Ceux qui ont connu l'analyste Gerry Rochon étaient invités à écrire quelques mots pour lui rendre hommage.

Photo : Radio-Canada / Anne-Andrée Daneau

Radio-Canada

L’ambiance est à la fête au Grand Prix de Trois-Rivières (GP3R), qui célèbre ses 50 ans cette année. Mais dans les coulisses, analystes, organisateurs et bénévoles ne peuvent s’empêcher d’avoir une pensée pour plusieurs amis du GP3R, disparus dans la dernière année.

Après le décès, en juin, de l'analyste émérite Gerry Rochon puis de celui du directeur de la sécurité Christian Langevin, la mort de Michel Veillette a été annoncée dimanche matin.

L’ancien conseiller municipal de Trois-Rivières faisait partie du conseil d’administration du Grand Prix depuis plusieurs années. Le nom de Guy Vallée, décédé subitement en septembre dernier, s’ajoute à cette liste des grands disparus. Il était fournisseur d’affiches pour l’événement depuis 30 ans.

Le directeur général, Dominic Fugère, avoue que le Grand Prix vit plusieurs deuils cette année.

« Les choses vont quand même rondement, mais c’est de gros morceaux qui nous manquent. On pense beaucoup à eux, soupire-t-il. J’ai sorti mon téléphone au moins à cinq reprises depuis le début du week-end pour essayer d’appeler Christian Langevin, mais ça m’aurait pris plus un chapelet qu’un téléphone pour le rejoindre. »

Perte d'un grand connaisseur

Robert Martin, qui est bénévole au GP3R depuis six ans et ancien journaliste au quotidien Le Nouvelliste, indique que l’absence de Gerry Rochon a laissé un vide dans la salle de presse cette année.

« On a encore le réflexe de vouloir l’appeler pour lui demander la réponse à notre question, et cette année on ne les aura pas, les réponses. On ne les aura plus », dit-il.

Gerry Rochon

Gerry Rochon était féru de sport et était doté d'une mémoire phénoménale pour les statistiques sportives.

Photo : Radio-Canada

Simon Gauthier, journaliste aux sports pour Le Nouvelliste, a côtoyé Gerry Rochon pendant plusieurs années dans le cadre du Grand Prix. Les connaissances encyclopédiques de l’analyste, qui était réputé pour sa phénoménale mémoire, lui manquent.

« Si tu osais un jour sortir une statistique qui n’était pas vraie, Gerry avait toujours une oreille attentive, et il te le disait, si c’était faux », raconte-t-il avec le sourire.

Ceux qui ont connu Gerry Rochon étaient d'ailleurs invités à écrire quelques mots dans un livre d'or afin de lui rendre hommage.

Avec les informations d'Anne-Andrée Daneau

Mauricie et Centre du Québec

Course automobile