•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Fusillade au Texas : le tireur d'El Paso inculpé pour meurtres

Des enquêteurs marchent près du lieu d'une fusillade de masse dans un complexe commercial, le dimanche 4 août 2019, à El Paso, au Texas.

Photo : Associated Press / John Locher

Radio-Canada

L'auteur d'une fusillade qui a fait 20 morts à El Paso, au Texas, a été inculpé pour meurtres, a déclaré dimanche un responsable de la police locale.

Le tireur présumé, Patrick Crusius, est un homme blanc de 21 ans originaire d'Allen près de Dallas, à neuf heures de voiture du lieu du crime. Il est soupçonné d'avoir été motivé par une haine envers les Hispaniques.

Crusius s'est rendu après son carnage, et il encourt la peine capitale, a précisé le sergent Robert Gomez lors d'un point-presse.

Le chef d'accusation de l'État est la peine capitale et il encourt donc la peine de mort; nous allons requérir la peine de mort, a déclaré, au cours d'une conférence de presse, Jaime Esparza, le procureur d'El Paso.

Selon le procureur américain John Bash, la fusillade sera traitée comme une affaire de « terrorisme intérieur ».

Le chef de la police d'El Paso, Greg Allen, a quant à lui annoncé que le suspect pourrait avoir acheté son arme à feu légalement.

Pour le moment, la police enquête sur un manifeste qui lui a été attribué et qui circule sur Internet.

L'auteur de ce document dénonce notamment « une invasion hispanique du Texas ».

Il fait également référence à la tuerie commise par un suprémaciste blanc dans des mosquées de Christchurch en Nouvelle-Zélande, entraînant la mort de 51 personnes, le 15 mars dernier.

Trump dénonce « la haine »

Le président Donald Trump a dénoncé un « acte de lâcheté » :

Je sais que je me tiens aux côtés de tout le monde pour condamner l'acte odieux d'aujourd'hui. Aucune raison ni excuse ne justifiera jamais de tuer des innocents

Donald Trump, président des États-Unis

S'adressant à des journalistes à Morristown, au New Jersey, avant de monter à bord d'Air Force One, il a notamment déclaré que « la haine n'avait pas de place dans notre pays ».

Les meurtres de masse existent depuis « plusieurs années », a-t-il déploré. « On doit les éliminer », a-t-il dit.

Il a promis que son gouvernement « allait s'occuper » de ce problème. Il dit avoir discuté du sujet avec le procureur général, le directeur du FBI et de nombreux membres du Congrès. Il prononcera lundi matin une déclaration.

À son tour, le vice-président américain Mike Pence a adressé un message de soutien aux familles des victimes sur son compte Twitter.

« Nous pleurons avec ceux qui ont perdu des êtres chers à El Paso et à Dayton et nous prions pour les blessés et leur famille. Il n'y a pas de place aux États-Unis pour les actes de violence, de haine et de racisme. Nous condamnons ces actes maléfiques et nous nous tenons aux côtés des habitants du Texas et de l'Ohio. Que Dieu vous bénisse tous », a-t-il écrit.

Possibles poursuites du Mexique

Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a indiqué que six ressortissants mexicains avaient été tués dans la fusillade.

La zone urbaine transfrontalière formée par El Paso et Ciudad Juarez, de l'autre côté du Rio Grande, au Mexique, compte 2,5 millions d'habitants. C'est la principale communauté bilingue et binationale d'Amérique du Nord.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, a déclaré dimanche que le Mexique prendra des mesures juridiques pour protéger ses citoyens aux États-Unis.

Il a aussi affirmé que le procureur général envisageait d'engager des poursuites, estimant qu'un acte terroriste avait été commis contre des Mexicains lors de la fusillade d'El Paso.

« Pour le Mexique, cet individu est un terroriste », a déclaré M. Ebrard en conférence de presse, ajoutant qu'une action en justice pourrait entraîner l'extradition de la personne responsable de la fusillade.

Marcelo Ebrard a indiqué que son ministère allait demander des informations aux autorités américaines sur la manière dont le tireur s'était procuré l'arme qu'il a utilisée et si elles étaient au courant de cet achat.

La question des armes est cruciale, a-t-il déclaré. Le fait que des Mexicains aient perdu la vie nous oblige à prendre les mesures juridiques adéquates en ce qui concerne les armes.

Avec les informations de Associated Press, Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Faits divers

International