•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une fusillade en Ohio fait 9 morts et 27 blessés

Une fusillade a fait 9 morts à Dayton, en Ohio, dans la nuit du 3 au 4 août 2019.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Un jeune homme blanc armé d'un fusil automatique et équipé d'un gilet pare-balles a tué neuf personnes et en a blessé 27 autres en moins d'une minute dans la nuit de samedi à dimanche à Dayton, dans l'Ohio, avant d'être à son tour abattu par la police.

Nous avions des officiers dans les environs lorsque la fusillade a commencé. Ils ont pu agir et y mettre fin rapidement, a déclaré le service de police de Dayton sur Twitter.

S'ils n'avaient pas été là [...] nous aurions pu avoir des centaines de morts et de blessés, a déclaré Nan Whaley, la maire de la ville.

Selon le Dayton Daily News, l'homme a ouvert le feu aussitôt après avoir tenté d'entrer dans un bar du quartier,Oregon, le Ned Peppers Bar.

Dayton est une ville située dans l'ouest de l'Ohio, à environ 90 km au nord-est de Cincinnati. Le quartier Oregon est un secteur populaire, connu pour ses bars, ses restaurants et ses théâtres.

Le tireur était équipé d'un fusil d'assaut de gros calibre avec des chargeurs à grande capacité qui permettent d'augmenter la fréquence des tirs, a indiqué la police, précisant que des agents fédéraux du FBI participent à l'enquête.

La police pense qu'il n'y avait qu'un seul tireur, mais n'a encore identifié son motif. Le numéro deux de la police de Dayton, Matt Carper, a déclaré qu'il avait tiré plusieurs fois avec une arme d'épaule.

Au total, 10 personnes ont été tuées, dont l'agresseur, un homme blanc de 24 ans. Vingt-sept autres personnes ont été blessées et transportées dans des hôpitaux des environs pour y être soignées.

Au moins 15 d'entre elles ont obtenu leur congé de l'hôpital. Plusieurs étaient encore dans des états jugés critiques ou sérieux, ont dit des porte-parole de l'hôpital où sont soignées ces blessées. Certaines ont été atteintes par le tireur, tandis que d'autres ont subi des blessures pendant qu'elles s'enfuyaient des lieux.

La sœur du tireur, âgée de 22 ans, figure parmi les victimes, ont annoncé les autorités locales. Les huit autres victimes sont trois femmes noires, trois hommes noirs et deux hommes blancs, âgés de 25 à 57 ans. Elles sont toutes tombées dans la rue ou sur le trottoir.

Témoins de la scène

Tianycia Leonard, 28 ans, fumait à l'arrière de la taverne Newcom. Elle a entendu des « coups sourds » et elle a d'abord cru que des gens frappaient sur une benne à ordures.

C'était tellement bruyant, mais on s'est rendu compte que c'était des coups de feu et qu'il y avait beaucoup de coups de feu.

Tianycia Leonard, témoin

De son côté, Anthony Reynolds sortait d'un club avec son cousin au moment du drame. Quand on a vu les corps commencer à tomber, on a compris que c'était grave [...] Nous avons crié aux gens : "courez, il y a un tireur", a affirmé ce témoin à MSNBC.

Nikita Papillon, 23 ans, se trouvait de l'autre côté de la rue à la taverne de Newcom lorsque les coups de feu ont retenti. Elle a raconté avoir vu une fille à qui elle avait parlé plus tôt allongée à l'extérieur du Ned Peppers Bar.

Mme Papillon était allée au même club, la nuit précédente, elle a décrit ce bar comme un endroit « où on n'a pas à s'inquiéter que quelqu'un nous tire dessus ».

Les gens de mon âge, nous ne pensons pas que cela peut se produire, a-t-elle déclaré. Et quand cela arrive, les mots ne peuvent pas le décrire.

Nikita Papillon, témoin

Réactions politiques

Le gouverneur de l'État de l'Ohio, Mike DeWin, est venu visiter la scène du drame, quelques heures après avoir ordonné que les drapeaux soient mis en berne.

Y a-t-il quelque chose qu'on peut faire pour s'assurer qu'une telle chose ne se répète pas dans l'avenir ?, s'est demandé l'élu républicain.

Donald Trump a assuré dimanche que la « haine » n'avait pas sa place aux États-Unis, au lendemain de deux fusillades ayant fait 29 morts, qu'il a imputées à un « problème de maladie mentale ».

Il faut que ça s'arrête. Cela dure depuis des années, a-t-il poursuivi en référence aux tueries de grande ampleur qui frappent régulièrement les États-Unis.

On a déjà fait beaucoup, mais peut-être qu'on doit faire davantage.

Donald Trump

Donald Trump a indiqué qu'il ferait une annonce demain matin, sans plus de détails.

Le dirigeant républicain a été la cible directe de critiques de ses adversaires démocrates après la fusillade d'El Paso, qui l'ont accusé d'alimenter la montée de l'intolérance avec sa rhétorique anti-immigrés.

Le président en personne promeut le racisme et la suprématie blanche, a écrit sur Twitter la sénatrice Elizabeth Warren, l'une des favorites de la primaire démocrate.

Tueries de masse

C’est la deuxième fusillade de masse à survenir en moins de 24 heures aux États-Unis. Samedi matin, un tireur a semé la terreur dans un centre commercial d’El Paso, au Texas, en tuant 20 personnes, en plus d’en blesser 26 autres.

Dimanche dernier, un autre jeune homme de 19 ans a tué 3 personnes, dont 2 enfants, au festival Gilroy Garlic, dans le nord de la Californie.

D'après le recensement de l'ONG Gun Violence Archive, les États-Unis ont été le théâtre de 251 fusillades de masse depuis le début de l'année 2019.

Avec les informations de CNN, et Agence France-Presse

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.

Faits divers

International